Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page.

Thématique : Répression des usages prohibés et des trafics

Substance considérée : Autres substances psychoactives

 

Les saisies des principaux produits stupéfiants depuis 1996 (nombre et quantités saisies)

Le nombre de saisies

Évolution du nombre de saisies pour les principaux produits depuis 1996

graph29.gif

Le nombre de saisies des différentes substances est globalement lié au nombre des interpellations, qui s’accompagnent le plus souvent d’une saisie, même si elle porte sur des quantités très limitées.
En raison du poids des interpellations pour usage, usage revente et trafic de cannabis dans l’ensemble des interpellations pour infractions à la législation sur les stupéfiants, la grande majorité des saisies (près de 90 %) concerne le cannabis, essentiellement sous forme de résine.

Loin derrière les saisies de cannabis, les saisies de cocaïne et crack se situent en seconde position, suivies de près par les saisies d’héroïne.

Contrairement aux interpellations (pour usage, usage-revente et trafic) qui évoluent peu, les saisies tous produits confondus sont en hausse en 2011 (+ 21 % soit 157 395 saisies contre 129 529 en 2010). Depuis 2008, le rapport annuel de l’OCRTIS ne permet plus de détailler le nombre de saisies selon le produit.

Les volumes saisis

Cannabis

graph29b.gif

Entre 1996 et 2002, les quantités de cannabis saisies fluctuaient autour de 60 tonnes, puis elles ont fortement progressé en 2003 et 2004, en lien avec l’augmentation du nombre d’interpellations et l’accroissement des grosses saisies, pour globalement revenir à ce même niveau moyen entre 2006 et 2015.
Seule exception : l’année 2007 pour laquelle le volume moins important (37 tonnes seulement) s’expliquerait par la diversification des modes de transport et des voies d’approvisionnement recherchés par les trafiquants à la suite des fortes saisies réalisées en 2004-2005.
Après une année 2014 plutôt « creuse », les saisies de cannabis sont reparties à la hausse en 2015 pour atteindre un niveau proche de celui de 2013. Qu’il s’agisse d’herbe ou de résine, les saisies ont augmenté dans les mêmes proportions (respectivement + 67 % et + 65 %). L’importance croissante du marché de l’herbe en France est corroborée par l’ampleur des confiscations de plants, dont près de 154 000 ont été saisis sur le territoire en 2015, soit le deuxième plus haut niveau jamais observé.

Cocaïne/crack

graph29c.gif

En 2015, près de 11 tonnes de cocaïne-crack (10 869 kg de cocaïne et 14 kg pour le crack) ont été saisies, soit une augmentation de 58 %.

Héroïne

graph29d.gif

Alors que le nombre et les quantités de saisies d’héroïne diminuaient régulièrement en France dans la deuxième moitié des années 1990, elles ont été en constante augmentation entre 2001 et 2008, et atteignaient chaque année environ une tonne.
Depuis 2011, les saisies d’héroïne étaient en forte baisse par rapport aux années antérieures, tout en restant à des niveaux relativement élevés au regard de la situation qui prévalait au début des années 2000. Néanmoins, elles augmentent (fortement) à nouveau en 2014 et gardent un niveau important en 2015.

Ecstasy

graph29e.gif

Après une période de saisies importantes entre 1999 et 2004, le niveau avait nettement baissé en 2005 (834 000 comprimés) avant d’atteindre un seuil intermédiaire en 2006 et 2007 et de connaître une nouvelle chute en 2008-2009, liée à une perte de popularité auprès des consommateurs, notamment en milieu festif.
Si l’année 2011 avait été marquée par des saisies extrêmement importantes, avec 1,5 million de comprimés d’ecstasy, les saisies ont été peu nombreuses en 2012-2013 mais ont doublé en 2014 et encore augmenté de 41 % en 2015. Ces saisies restent erratiques et ne constituent pas un reflet fidèle de la situation française puisqu’il s’agit d’un pays de transit vers le Royaume-Uni et l’Espagne.

Remarques méthodologiques

Les saisies recensées par les services répressifs (police, douanes, gendarmerie) en France ne constituent qu’un indicateur partiel de l’offre de drogues illicites, parce qu’elles sont directement liées à l’activité des services concernés.
La quasi-totalité des cas d’interpellations pour infraction à la législation sur les stupéfiants se traduit par une saisie. L’évolution du nombre de saisies est donc étroitement liée à l’évolution du nombre d’interpellations.

Liens

Interpellations pour usage de cannabis

Interpellations pour usage d’autres produits

 

 

Retour page principale

Haut du document

Dernière mise à jour : novembre 2016