EMOA (étude sur les usages de médicaments opioïdes antalgiques)

 

EMOA.jpgL’étude EMOA (étude sur les usages de médicaments opioïdes antalgiques) est conduite à partir d’une approche qualitative et dans une perspective des sciences sociales.



Historique

Les questionnements empiriques soulevés dans cette étude répondent aux besoins préalablement identifiés dans la revue de littérature en sciences humaines et sociales sur les pratiques d’usages (Díaz-Gómez et Milhet 2021), de recherches sur les parcours et modes de prise en charge de patients en difficulté avec leurs traitements par opioïde antalgique ainsi que sur les pratiques de prescription de ces médicaments. L’enquête par entretien a alors été réalisée en vue de compléter les connaissances fixées dans la « Feuille de route 2019-2022, Prévenir et agir face aux surdoses d’opioïdes » du Ministère des solidarités et de la santé, et répond également au besoin, identifié dans le Plan national de mobilisation contre les addictions (2018-2022), d’aider à réfléchir aux actions en direction des patients devenus dépendants aux opioïdes.

Partenariats

L’étude EMOA est menée au sein de l’Unité Focus de l’OFDT, avec le soutien du Fonds de lutte contre les addictions de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM).

Objectifs

Ce projet s’est proposé de « biographier » les pratiques d’usage (de prescription et de consommation) de médicaments opioïdes antalgiques (MOA), en s’intéressant aux difficultés qui y sont liées, notamment dans le cadre de la prise en charge de la douleur chronique non cancéreuse (DCNC) et hors soins palliatifs en France, du point de vue des médecins et des patients. Ce projet est fondé sur deux volets :

  • Le premier volet a pour but de documenter les parcours de prescription des médecins. Celui-ci vise à apporter des informations sur les facteurs qui structurent la décision de prescrire et dé-prescrire en cas de situations problématiques et sur la manière dont cette décision s’inscrit dans un parcours d’action, de soins et d’usage de médicaments.
  • Le deuxième volet a pour but de documenter les parcours de médication des patients. Celui-ci vise à apporter des informations sur la place des MOA dans leurs parcours de vie et de santé en s’appuyant sur leurs propres « vécu ». En documentant leurs parcours, cette étude est en mesure d’apporter une réflexion sur la chronicisation des pratiques d’usage et non seulement sur les difficultés liées à l’usage.

Méthodologie

Une soixantaine d’entretiens semi-directifs (de type biographique) ont été réalisés auprès de médecins généralistes, prescripteurs de MOA, œuvrant en différents contextes (cabinet libéral, MSP, Ehpad, foyer social, etc.) et de patients adultes usagers de MOA qui se considèrent en difficulté avec ces médicaments. L’enquête a concerné :

  • 25 personnes qui ont été interrogées sur la base de leurs ordonnances de MOA prescrits dans le cadre du traitement de la douleur.
  • 23 médecins généralistes, à qui il a été demandé de préparer la discussion à partir de 3 ou 4 cas de patients ayant un rapport problématique avec un MOA.
  • 4 entretiens conduits auprès d’autres professionnels (médecins urgentistes, spécialiste de la douleur et infirmière) et plusieurs « seconds entretiens » complètent cette étude.

Résultats

Díaz Gómez Cristina., Millet Maitena (2021), Le recours aux antalgiques opioïdes dans le traitement de la douleur, revue de la littérature
OFDT, Paris, 66 p.

Première publication des résultats de l’enquête attendue au premier trimestre 2023.