Calcul du chiffre d'affaire de l'héroïne en France - Estimations 2003/2004

 

Hypothèses

  • Les usages occasionnels d’héroïne (au moins une fois par an) ne concernent qu’un très faible nombre de français. Nous faisons donc l’hypothèse que ces usages ne représentent pas un chiffre d’affaires significatif et nous focalisons l’estimation sur le chiffre d’affaires de l’héroïne consommée régulièrement (au moins une fois par mois) par les usagers de drogues dits « actifs ». Ces usages sont décrits au moyen d’enquêtes ciblées comme celle qui est réalisée auprès des structures de première ligne en 2003 [1].
  • Les structures de première ligne sont des structures d’accueil pour les usagers de drogues, dites de « bas seuil », c’est-à-dire qu’elles appliquent des critères d’admission à faible niveau d’exigence. Elles offrent des prestations à des toxicomanes qui ne souhaitent ou ne peuvent pas suivre une prise en charge classique. Elles assurent également des activités liées à la promotion de la santé et à la réduction des dommages.
  • Le nombre d’usagers de drogues « actifs » qui fréquentent les structures de première ligne en France est estimé à 35 000 personnes par an [2].
  • 25 % de ces usagers de drogues en 2003 ont consommé de l’héroïne au cours du mois écoulé [1]. Les usagers récents d’héroïne fréquentant les structures de première ligne sont donc estimés à 8 750 personnes par an.
  • Parmi ces usagers récents d’héroïne :
    • 40 % en ont consommé au moins une fois dans le mois, c’est-à-dire entre 1 jour (hypothèse basse) et 4 jours (hypothèse haute) par mois, donc 1,5 jours en moyenne par mois ;
    • 40 % en ont consommé au moins une fois par semaine, c’est-à-dire entre 4 jours (hypothèse basse) et 24 jours (hypothèse haute) par mois, donc 10 jours en moyenne par mois ;
    • 20 % en ont consommé au moins une fois par jour, soit 30 jours par mois.
  • Les quantités d’héroïne utilisées par jour de consommation sont très variables selon le degré de tolérance du sujet. Il est fréquent qu ‘elles excèdent un gramme par jour [3].
    • Pour les usagers qui ont consommé de l’héroïne au moins une fois dans le mois, la consommation quotidienne est supposée être de 0,25 grammes (poids d’une dose d’héroïne [4]).
    • Pour les usagers réguliers qui ont consommé de l’héroïne au moins une fois par semaine, la consommation quotidienne est supposée être de 0,5 grammes.
    • Pour les usagers quotidiens d’héroïne, trois hypothèses sont proposées :
      - hypothèse basse : consommation quotidienne de 0,75 grammes
      - hypothèse moyenne : consommation quotidienne de 1 gramme
      - hypothèse haute : consommation quotidienne de 1,25 grammes
  • Le prix moyen d’un gramme d’héroïne est estimé à 45 €. Ce prix correspond à la moyenne pondérée :
    • du prix médian d’un gramme d’héroïne blanche (prix observé par le dispositif TREND dans neuf agglomérations françaises [1]) qui s’élève en 2003 à 65 €. Par hypothèse, on considère que l’héroïne consommée est de l’héroïne blanche dans 20 % des cas.
    • du prix médian d’un gramme d’héroïne brune (prix observé par le dispositif TREND [1]) qui s’élève à 40 €. L’héroïne est supposée être de l’héroïne brune dans 80 % des cas.

Résultats

En partant des hypothèses détaillées ci-dessus, le chiffre d’affaires de l’héroïne chez les usagers « actifs » d’héroïne fréquentant les structures de première ligne peut être évalué en 2003 entre 25,5 millions d’euros et 60 millions d’euros. Dans l’hypothèse moyenne, le chiffre d’affaires est d’environ 38,5 millions d’euros.

Références

  • 1. Bello, P.-Y., et al., Phénomènes émergents liés aux drogues en 2003. 5ème rapport national du dispositif TREND. 2004, Saint-Denis: OFDT. 277.
  • 2. Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), Drogues et dépendances, données essentielles. 2005, Paris: La Découverte. 208.
  • 3. Richard, D., J.-L. Senon, and M. Valleur, Dictionnaire des drogues et des dépendances. 2ème ed. 2004, Paris: Larousse, coll. In Extenso. 626.
  • 4. Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS), Usage et trafic des produits stupéfiants en France en 2003. 2004, Nanterre: OCRTIS. 112.