Rapports d'études

 

Année 2020

Les rapports suivis de l'icône ne sont pas disponibles sous forme papier mais peuvent être téléchargés au format Acrobat.

 

      L’impact de la publicité pour les alcools sur l’initiation et le maintien des consommations notamment chez les plus jeunes est largement démontré par la recherche internationale. En France, les adolescents se disent exposés à la publicité ou promotion pour l’alcool dans la plupart des espaces de vie quotidiens (rues, magasins, Internet, médias...). À quelles formes de marketing – publicitaires, promotionnelles ou autres – peuvent-ils se référer dans ces espaces autour des boissons alcoolisées ? Comment les adolescents appréhendent-ils ces techniques ? En sont-ils toujours conscients ? Quel jugement portent-ils sur ces expressions du marketing en faveur de l’alcool ?
      Pour tenter de répondre à ces questions et décrire l’exposition des jeunes aux marketing, l’OFDT s’est intéressé à quatre espaces communément partagés par les adolescents : 1) les magasins de la grande distribution (de la supérette à l’hypermarché), 2) les festivals de musique, 3) les grandes enceintes sportives et 4) Internet et les réseaux sociaux. Sur la base d’observations directes et d’une série d’entretiens auprès d’adolescents et de jeunes majeurs, l’OFDT s’est attaché à décrire les formes de marketing déployées dans ces espaces et à recueillir les perceptions des jeunes quant à ces expressions. Inscrite dans le programme de recherche FAMES (French Alcohol Marketing Exposure Scale*) de l’OFDT et menée avec le soutien financier de l’Institut national du Cancer (INCa), cette étude ouvre des pistes pour améliorer l’observation et mieux quantifier l’exposition des jeunes au marketing en faveur de l’alcool.
      (*) Échelle française d’exposition au marketing en faveur de l’alcool
      Les usages de substances psychoactives licites et illicites sur l’île de La Réunion constituent un phénomène dont les évolutions sont peu documentées. Afin de mieux cerner ces évolutions, qui s’inscrivent dans le contexte socio-économique et culturel spécifique à la société réunionnaise, l’Agence régionale de santé de La Réunion a confié une mission à l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) qui a donné lieu à ce rapport.
      Celui-ci s’articule en deux parties : la première dresse un état des lieux synthétique de la situation en matière d’usages de substances psychoactives fondée sur une analyse documentaire et sur une enquête de terrain qualitative menée au cours mois d’avril 2019.
      En s’inspirant du dispositif d’enquête Tendances récentes et nouvelles drogues (TREND) piloté par l’OFDT, la seconde partie du rapport propose des pistes de travail afin de créer un site d’observation local.
      Afin d’améliorer les connaissances sur la santé des adolescents, l’enquête Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) mise en place par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) interroge régulièrement un large échantillon de jeunes élèves de 11, 13 et 15 ans, âges critiques en matière de comportements de santé. En 2018, plus de 227 000 élèves scolarisés dans 44 pays ou régions en Europe et au Canada ont ainsi répondu à un questionnaire sur ces sujets : santé mentale, vécu scolaire, bien-être social, comportements alimentaires, usages de substances psychoactives ou utilisation des technologies numériques... Les principaux résultats sont présentés dans une synthèse en français qui fournit des points de comparaison pour la France sur ces différentes thématiques de l’enquête HBSC.
      Rappelons que pour les élèves français, les données de l’enquête HBSC sont désormais exploitées dans le cadre du dispositif EnCLASS (Enquête nationale en collège et en lycée chez les adolescents sur la santé et les substances) qui regroupe pour la France les projets HBSC et l’European School Survey Project on Alcohol and other Drugs (ESPAD) en interrogeant les collégiens en même temps que les lycéens.