Rapports d'études

 

Année 2018

Les rapports suivis de l'icône ne sont pas disponibles sous forme papier mais peuvent être téléchargés au format Acrobat.

 

    Depuis le début des années 2010, la consommation d’une substance appartenant à la famille des cannabinoïdes de synthèse, connue sous le nom de « chimique » s’est développée dans l'ïle de Mayotte, département français situé dans l'archipel des Comores. Initié à partir de cercles extrêmement restreints, l'usage de chimique s’est étendu pour toucher des populations de plus en plus larges composées majoritairement d’adolescents et de jeunes hommes en situation précaire. Afin de mieux cerner ce phénomène s’inscrivant par ailleurs dans un faisceau des multiples crises (sociales, migratoires, sécuritaires) que traverse la société mahoraise, l’Agence régionale de santé-océan Indien a confié une mission d’évaluation à l’OFDT.
    À partir d’une analyse documentaire et d’une enquête sur le terrain menée au mois d’avril 2017, utilisant les outils mobilisés dans le cadre du dispositif de veille Tendances récentes et nouvelles drogues ̶ groupes focaux, entretiens, questionnaires qualitatifs, observations ethnographiques ̶ l’étude dresse un état des lieux de la situation. Elle propose également un certain de nombre de pistes de travail afin de construire une réponse publique à la hauteur des enjeux.

 

    Quels sont les niveaux d’expérimentation des principales substances psychoactives des lycéens de La Réunion ?
    Comment évoluent ces usages de la classe de seconde à celle de terminale ?
    Sur quels points les lycéens bretons se différencient-ils de leurs homologues de métropole ?
    L’analyse des résultats d’un sur-échantillon de jeunes élèves lors de l’enquête ESPAD 2015 dans l’académie de La Réunion, menée par l’OFDT en collaboration avec l’observatoire régional de santé La Réunion, permet de répondre à ces questions en insistant sur les spécificités de la région.

 

    Quels sont les niveaux d’expérimentation des principales substances psychoactives des lycéens bretons ?
    Comment évoluent ces usages de la classe de seconde à celle de terminale ?
    Sur quels points les lycéens bretons se différencient-ils de leurs homologues de métropole ?
    L’analyse des résultats d’un sur-échantillon de jeunes élèves lors de l’enquête ESPAD 2015 dans l’académie de Rennes, menée par l’OFDT en collaboration avec l’observatoire régional de santé Bretagne, permet de répondre à ces questions en insistant sur les spécificités de la région.