Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page.

Thématique : Problèmes de santé et mortalité

Substance considérée : Produit non spécifié

 

Évolution du nombre de découvertes de séropositivité VIH liée à l’usage de drogues par voie injectable depuis 2003

 

graph39.gif
 

Constat

En 2016, 66 usagers de drogues par voie injectable (UDVI) ont découvert leur séropositivité VIH, soit 1 % de l’ensemble des découvertes. Le nombre de découverte de séropositivité chez les UDVI est stable depuis 2008, après une nette baisse entre 2003 et 2008. En 2016, il s’agit d’hommes dans 75 % des cas. La proportion de diagnostic à un stade avancé est élevée chez les UDVI (43 % chez les UDVI versus 27 % parmi l’ensemble des découvertes). Plus de la moitié d’entre eux (59 %) sont nés à l’étranger, principalement en Europe de l’Est et du Centre. La part des co-infections par le VHC est de 66 % et celle des co-infections par le VHB de 15 % chez les UDVI dont la séropositivité a été découverte en 2016, 6 % d’entre eux ont une co-infection par une infection sexuellement transmissible bactérienne.

Remarques méthodologiques

Depuis 2003, dans le cadre de la notification obligatoire anonymisée de l’infection à VIH, toutes les découvertes de séropositivité doivent être déclarées par les biologistes et cliniciens. Cette déclaration est couplée à la surveillance sérologique du VIH.

A partir du nombre de cas déclarés, l’estimation du nombre de découvertes de séropositivité prend en compte les délais de déclaration et l’exhaustivité de la déclaration obligatoire du VIH. La correction pour les délais de déclaration est basée sur la distribution des délais des années antérieures et repose sur l’hypothèse de leur stabilité au cours du temps. L’exhaustivité est calculée en comparant le nombre de notifications reçues, doublons compris, avec le nombre de sérologies positives non anonymes estimé à partir de l’enquête LaboVIH (système de surveillance de l’activité de dépistage du VIH dans les laboratoires - ville et hôpital). Elle est estimée à 71 % en 2013 (IC95%:[67,6-74,0]).

Le mode de contamination « rapports sexuels entre hommes et usage de drogues » n’est pas pris en compte ici.

Liens utiles

http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/VIH-sida-IST/Infection-a-VIH-et-sida

Santé publique France, Infection par le VIH et les IST bactériennes. Données épidémiologiques. 2017, Santé publique France: Saint-Maurice.
http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/VIH-sida-IST/Infection-a-VIH-et-sida/Actualites/Infection-par-le-VIH-et-les-IST-bacteriennes.-Point-epidemiologique-du-28-novembre-2017

Cazein F, Pillonel J, Le Strat Y et al, Découvertes de séropositivité VIH et SIDA, France, 2003-2013. Bull Epidémiol Hebd. 2015;(9-10):152-161. http://www.invs.sante.fr/beh/2015/9-10/2015_9-10_1.html

 

 

Retour page principale

Haut du document

Dernière mise à jour : mars 2018