Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page.

Thématique : Problèmes de santé et mortalité

Substance considérée : Produit non spécifié

 

Évolution du nombre de nouveaux cas de sida liés à l’usage de drogues par voie injectable depuis 1995

 

graph01.gif

Constat

En 2016, le nombre de nouveaux cas de sida liés à l’usage de drogues par voie injectable (UDVI) est estimé à 38. Après une chute particulièrement prononcée entre 1995 et 1997 liée notamment à l’introduction des trithérapies retardant ou empêchant l’entrée dans la phase symptomatique de l’infection, la diminution s’est poursuivie à un rythme plus faible mais presque ininterrompue. Ce mouvement de baisse est également lié à la diminution du nombre de contamination par le VIH chez les UDVI. Depuis 2012, le nombre de nouveaux cas de sida liés à l’UDIV se situe sous le seuil de la centaine de cas chaque année. En 2017, les UDVI représentent 4 % de l’ensemble des nouveaux cas de sida contre 27 % en 1995. La moitié des usagers de drogues a reçu des antirétroviraux avant le diagnostic de sida, bien plus que parmi l’ensemble des personnes diagnostiquées (20 % d’entre elles ont été traitées avant leur diagnostic).

Remarques méthodologiques

Le suivi de l’évolution épidémiologique de l'infection par le VIH et du sida fait partie des missions de Santé publique France.

La notification des nouveaux diagnostics de sida par les médecins est obligatoire depuis 1986. Depuis 2016, cette déclaration s’effectue en ligne afin d’en améliorer l’exhaustivité.
Le nombre de nouveaux diagnostics de sida est estimé en prenant en compte les délais de déclaration et l’exhaustivité de la déclaration obligatoire du sida. Celle-ci a été estimée par comparaison avec la base de la French Hospital Database on HIV (FHDH) et celle du Groupe épidémiologique du sida en Aquitaine (GESCA) par méthode de capture-recapture. Le taux d’exhaustivité de la déclaration obligatoire du sida en France est estimé à 59  % (IC95%:[58,6-60,7]) pour la période 2007-2009, 66 % sur la période 2004-2006 et 84 % sur la période 1990-1993 (source : InVS).
Le mode de contamination « rapports sexuels entre hommes et usage de drogue » n’est pas pris en compte ici.

Liens utiles

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/infections-sexuellement-transmissibles/vih-sida

Santé publique France (2018) Surveillance du VIH/sida. Données disponibles au 26 novembre 2018. Saint-Maurice, Santé publique France, 38 p.
http://www.corevihest.fr/ckfinder/userfiles/files/Autres/Surveillance-VIH-sida.pdf

 

Retour page principale

Haut du document

Dernière mise à jour : novembre 2019