Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page.

Type de source : Enquête en population générale

Type de substance considéré : Alcool

Population concernée : Population générale

 

Baromètre santé - alcool

 

Accès rapides :

- Organisation et financement
- Objectifs
- Méthodologie
- Diffusion
- Observations
- Synthèse
- Pour en savoir plus

 

Organisation et financement

haut du document

Maître d'oeuvre

Santé publique France (ex-Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES)

Responsable

Santé publique France - 42, boulevard de la Libération - 93203 Saint-Denis Cedex

Financement et collaboration

Caisse nationale de l’Assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS)
Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM)
Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) (Ministère de la Santé)
Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)

Objectifs

haut du document

Objectifs généraux:
- étudier les principaux comportements, attitudes, perceptions liés à l'état de santé des personnes interrogées
- suivre les évolutions des comportements de santé
- examiner l'impact des politiques de prévention par une mise en regard des évolutions observées et des programmes de santé publique (mesure législative, campagne de prévention, programme d'éducation, etc.).

Méthodologie

haut du document

Périodicité

Variable

Dates d'observation

1992, 1995, 2000, 2005, 2010, 2014, 2016,2017

Approche

Quantitative

Unité statistique

Individu

Champ d'observation

Population générale âgée de 12 à 75 ans (de 1992 à 2005), de 15 à 85 ans en 2010, de 15 à 75 ans en 2014 et 2016, et de 18-75 ans en 2017

Méthode d'échantillonnage

Sondage aléatoire à 2 degrés sur ligne fixe : ménage puis individu
Sondage aléatoire simple sur ligne mobile : utilisateur du numéro

Durée d'observation

4 mois (1992 à 2005), 8 mois en 2010 et 6 mois en 2014 et 2016

Biais de couverture de la source par rapport au champ d'observation

Les personnes n'ayant aucun téléphone (ni fixe, ni portable)) ou possédant uniquement un numéro en 08 et 09 au moment de l'enquête ne peuvent être interrogées.

Champ géographique

France métropolitaine

Découpage géographique possible

Région

Champ toxicologique

Tabac, alcool, produits illicites (cannabis, champignons hallucinogènes, poppers, produits à inhaler, ecstasy, amphétamines, LSD, crack, cocaïne, héroïne), cigarette électronique

Définition toxicologique retenue ou nomenclature

- Usages déclarés d'alcool : usage quotidien ; usage hebdomadaire (y compris les personnes ayant consommé, au cours de l'année, de l'alcool une à plusieurs fois par semaine) ; usage occasionnel ou mensuel (regroupe les personnes ayant consommé moins d'une fois par semaine en moyenne au cours de l'année)
- Quantités consommées : nombre moyen de verres bus lors de la dernière consommation de la semaine
- Consommations à problèmes : consommation intensive d'alcool (cumul de 6 verres et plus au cours d'une même occasion de boire) ; boire au point de ne plus se souvenir de ce qu'on a fait la veille ; ivresse alcoolique ; test Audit-C (calculé à partir des fréquences d'usage sur l'année, de la quantité moyenne bue un jour de consommation et de la fréquence de consommation d'au moins 6 verres en une occasion).

Nombre d'unités statistiques observées

25 319 individus en 2017

Taux de couverture

Taux de participation : 41 % pour les téléphones fixes et 39,4 % pour les mobiles

Recueil de données

Enquêteurs professionnels par téléphone

Données recueillies

Questions spécifiques à l'alcool :
- niveau de consommation, quantité consommée et moment de consommation
- type de boissons consommées (bière, vin, alcools forts, autres)
- ivresses et âge à la première ivresse
Autres questions :
- caractéristiques socio-démographiques : sexe, âge, situation familiale, situation professionnelle
- consommations : tabac, produits illicites
- caractéristiques relatives à la santé (variable selon l’année) : vaccinations, santé mentale, sentiment d’information, Internet et santé, douleur, santé bucco-dentaire
- qualité de vie, activité physique, conduites alimentaires, violences, etc.

Qualité et fiabilité des données

Bonne :
- le recueil des données par téléphone assisté par le système Cati permet un contrôle direct et étroit de la qualité de travail des enquêteurs : appréciation de la formulation des questions et de la codification des réponses, analyse en temps réel des difficultés rencontrées et réflexion méthodologique plus approfondie
- les taux de non-réponses par variable sont très faibles : nuls sur les consommations de drogues au cours de la vie et des 12 derniers mois et moins de 1 % sur les types de produits consommés.

Diffusion

haut du document

Délai de diffusion des résultats

n + 12 à 24 mois

Principal mode de diffusion des résultats

Rapport
Articles

Bibliographie

- Beck F., Richard J.B., Guignard R., Le Nézet O., Spilka S., « Les niveaux d’usage des drogues illicites en France en 2014 », Tendances, n° 99, 2015, 8 p.
- Richard J.-B., Palle C., Guignard R., Nguyen-Thanh V., Beck F., Arwidson P., « La consommation d'alcool en France en 2014 », Évolutions, INPES, n°32, 2015, 6 p.

Observations

haut du document

Le questionnaire est partiellement modifié chaque année en fonction des centres d’intérêt définis à chaque renouvellement de l’enquête, mais un noyau dur de questions reste permanent à des fins comparatives.

Synthèse

haut du document

En 2017, 87% des 18-75 ans ont consommé de l’alcool au moins une fois dans l’année ; 21% déclaraient avoir connu une ivresse dans l’année, 10% étaient des consommateurs quotidiens et 5% consommaient six verres ou plus en une même occasion toutes les semaines. La consommation d’alcool apparaît de plus en plus masculine à mesure que la fréquence de consommation augmente. Elle évolue avec l’avancée en âge, avec une diminution du nombre de verres consommés associée à une augmentation du nombre de jours de consommations. L’hétérogénéité existe également en ce qui concerne la quantité d’alcool bue : à eux seuls 10% des 18-75 ans consommaient 58% de la quantité d’alcool consommée déclarée.
Si, depuis une quarantaine d’années, la part d’abstinents dans l’année est restée stable autour de 15%, les modes de consommation d’alcool ont évolué avec le temps. La consommation quotidienne d’alcool, qui concernait environ 1 adulte sur 4 au début des années 1990, est désormais stable avec 1 adulte sur 10 qui déclare boire tous les jours depuis 2010 .
Après avoir augmenté entre 2005 et 2014, la part des personnes déclarant au moins une API dans l’année a diminué significativement entre 2014 et 2017 (de 38,5% à 35,2%). À l’inverse, la part des personnes déclarant au moins une ivresse dans l’année a augmenté significativement entre 2014 et 2017 (de 18,7% à 20,7%), suivant une tendance à la hausse depuis le début des années 2000. La prévalence des ivresses régulières (au moins 10 dans l’année) est restée stable entre 2014 et 2017. Les évolutions observées sont de même nature parmi les hommes et les femmes.

[Extrait : Richard JB, Andler R, Cogordan C, Spilka S, Nguyen-Thanh V, et le groupe Baromètre de Santé publique France 2017. La consommation d’alcool chez les adultes en France en 2017. Bull Epidémiol Hebd. 2019;(5-6):89-97]

Pour en savoir plus

haut du document

Article " La consommation d’alcool chez les adultes en France en 2017 "

 

 

Retour page principale

Haut du document

Dernière mise à jour : avril 2020