Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page.

Type de source : Statistiques et enquêtes sanitaires et sociales

Type de substance considéré : Drogues illicites

Population concernée : Population institutionnelle / Institutions sanitaires et sociales

 

Enquête nationale en centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (CAARUD) (ENa-Caarud)

 

Accès rapides :

- Organisation et financement
- Objectifs
- Méthodologie
- Diffusion
- Observations
- Synthèse
- Pour en savoir plus

 

Organisation et financement

haut du document

Maître d'oeuvre

Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)

Responsable

Agnès Cadet-Taïrou - OFDT - 3 avenue du Stade de France – 93218 Saint-Denis Cedex

Financement et collaboration

 

Objectifs

haut du document

- Disposer d'indicateurs de suivi des caractéristiques et des pratiques des consommateurs de drogues qui fréquentent les CAARUD ou atteints par leurs équipes mobiles.
- Suivre les tendances en matière de consommation et aider au repérage de phénomènes émergents.

Méthodologie

haut du document

Périodicité

Biennale

Dates d'observation

2006, 2008, 2010, 2012, 2015

Approche

Quantitative

Unité statistique

Usager

Champ d'observation

Usagers de drogues accueillis / rencontrés par les Caarud

Méthode d'échantillonnage

Exhaustif : dans l’ensemble des 167 structures et antennes CAARUD ayant reçu l’autorisation préfectorale (143 ont répondu en 2015)

Durée d'observation

1 semaine

Biais de couverture de la source par rapport au champ d'observation

L'interrogation une semaine donnée surreprésente les usagers dont le rythme de visite au Caarud est important par rapport à ceux dont le rythme de visite est plus faible.

Champ géographique

National. Seuls 10 départements ne comptent aucun CAARUD.

Découpage géographique possible

Inter régions, régions sous réserve d’un échantillonnage suffisant (n=50)

Champ toxicologique

Drogues illicites et médicaments psychotropes détournés ou non de leur usage thérapeutique

Définition toxicologique retenue ou nomenclature

Nombre d'unités statistiques observées

En 2015, 3 129 questionnaires ont été complétés.
Jusqu’en 2012, un encadré « non-répondants » sur chaque questionnaire permet de compter et de qualifier a minima les usagers n’ayant pas rempli le questionnaire ; en 2015, il laisse place à un feuillet indépendant sur lequel est établie pour chaque CAARUD la liste non nominative des non-répondants.

Taux de couverture

Taux de réponse = 67 %

Recueil de données

Questionnaire en face à face administré par un intervenant du CAARUD.

Données recueillies

Le questionnaire comporte 29 questions :
- caractéristiques socio-démographiques
- couverture sociale
- situation actuelle par rapport au logement
- entourage
- traitement de substitution aux opiacés en cours
- test de dépistage VIH, VHB (sauf en 2008) et VHC
- produits consommés au cours du mois (mode de consommation et fréquence ; pour les médicaments, effets recherchés et cadre de prescription)
- utilisation de la voie intraveineuse
- partage du matériel
- fréquentation des CSAPA (à partir de 2008).

Qualité et fiabilité des données

En 2006, prévalence pour les produits les moins consommés potentiellement sous-estimée du fait du mode de questionnement. Il était en effet demandé aux usagers de citer spontanément les produits consommés.
Á partir de 2008, le questionnement sur chaque principal produit permet d’éliminer ce problème de fiabilité.

Diffusion

haut du document

Délai de diffusion des résultats

n + 1 an et demi

Principal mode de diffusion des résultats

Tendances

Bibliographie

- Cadet-Taïrou A., Saïd S., avec Martinez M., « Profils et pratiques des usagers des CAARUD en 2012 », Tendances n°98, OFDT, Saint-Denis, 2015, 8 p.
- Lermenier-Jeannet A., Cadet-Taïrou A., Gautier S., « Profils et pratiques des usagers des CAARUD en 2015 », Tendances n°120, OFDT, Saint-Denis, 2017, 6 p.
- Cadet-Taïrou A., Lermenier-Jeannet A., Gautier S., Profils et pratiques des usagers de drogues rencontrés dans les CAARUD en 2015, OFDT, Saint-Denis, 2018, 56 p.

Observations

haut du document

L’enquête 2015 a lieu du 14 au 20 septembre 2015 pour les structures ayant une file active supérieure à 30 personnes/semaine et jusqu’au 27 septembre pour les autres.

Synthèse

haut du document

L’enquête 2015 confirme la fréquentation croissante des CAARUD par des usagers insérés socialement, avec un niveau de précarité qui reste toutefois bien plus élevé qu’en population générale. Cette tendance traduit la présence d’usagers de plus en plus âgés, lesquels connaissent des situations de précarité moindre que les plus jeunes, mais témoigne aussi probablement de l’extension des usages problématiques en population socialement insérée.


Sur le plan des consommations, l’étude met en évidence la place centrale de l’alcoolisation dans les consommations des usagers de drogues illicites : un tiers des usagers interrogés consomment quotidiennement l’équivalent d’au moins 6 verres d’alcool en une seule occasion, et ce tout au long de l’année.

Les usages de cocaïne progressent et la part des usagers consommant le produit basé, acheté sous forme de crack ou basé secondairement, continue de s’étendre.

Concernant les médicaments, le sulfate de morphine et la méthadone ont connu une diffusion nette entre 2008 et 2015, tout comme les benzodiazépines. Dans le cas de la méthadone, cette progression est en grande partie liée à son utilisation croissante dans le cadre d’un TSO.


Un des points marquants de cette édition porte sur la stabilisation, voire l’inversion de tendance de plusieurs indicateurs qui témoignaient de la diffusion des pratiques de réduction des risques. Parallèlement, le recours récent à l’injection ne régresse plus depuis 2008 et s’établit à un niveau relativement élevé. Néanmoins, la part des usagers n’ayant jamais utilisé l’injection continue de s’élever et l’âge d’initiation augmente.

Enfin, la proportion des usagers n’ayant jamais effectué de dépistage VIH et VHC ne recule plus, et même s’accroît pour le VHC. Par ailleurs, une inflexion à la hausse de la séroprévalence déclarée de l’infection au VHC est observée chez les moins de 35 ans, après une diminution continue depuis 2006.

Pour en savoir plus

haut du document

Tendances n°120

Rapport ENa-CAARUD 2015

 

 

Retour page principale

Haut du document

Dernière mise à jour : novembre 2018