Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page.

Type de source : Enquête en population générale

Type de substance considéré : Drogues illicites

Population concernée : Population générale / Jeunes

 

Enquête sur la santé et les consommations lors de la Journée d’appel et de préparation à la défense (ESCAPAD) - drogues illicites

 

Accès rapides :

- Organisation et financement
- Objectifs
- Méthodologie
- Diffusion
- Observations
- Synthèse
- Pour en savoir plus

 

Organisation et financement

haut du document

Maître d'oeuvre

Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)

Responsable

Stanislas Spilka - OFDT - 3 avenue du Stade de France - 93218 St Denis

Financement et collaboration

Direction du service national et de la jeunesse (Ministère des Armées)

Objectifs

haut du document

Appréhender les attitudes et les comportements des jeunes, arrivant à la fin de l’adolescence, relatifs à leur consommation et modes d'usage de substances psychoactives, leur santé et leurs modes de vie  
- Mesurer les évolutions de ces comportements et de ces modes de vie au fil du temps
- Effectuer des comparaisons avec les enquêtes en milieu scolaire (ESPAD et HBSC) et l’enquête Baromètre Santé

Méthodologie

haut du document

Périodicité

Triennale

Dates d'observation

2000, 2001, 2002, 2003, 2005, 2008, 2011, 2014, 2017

Approche

Quantitative

Unité statistique

Individu

Champ d'observation

Métropole : jeunes de 17 ans
DOM-COM : jeunes de 17-18 ans

Méthode d'échantillonnage

Enquête exhaustive à une période donnée

Durée d'observation

- de 2000 à 2003, enquête sur 2 journées
- 2005 : extension de la période de passation de mars à fin juin
- 2008 : période 15 jours en métropole (début avril) et période d’un mois dans les DOM-COM (avril).
- 2011 : une semaine et demie (du 14 au 22 mars 2011)
- 2014 : une semaine (du 17 au 21 mars 2014)
- 2017 : 2 semaines (du 13 au 25 mars 2017), étendue pour la Corse, la Guyane, la Nouvelle-Calédonie et Mayotte

Biais de couverture de la source par rapport au champ d'observation

Absence des jeunes de nationalité étrangère résidants sur le territoire français et des jeunes ne participant pas à la Journée défense et citoyenneté (JDC) (mais le caractère quasi-obligatoire de la JDC lui assure une bonne participation, estimée à 90%)

Champ géographique

France entière

Découpage géographique possible

Région

Champ toxicologique

Substances psychoactives licites et illicites (tabac, cigarette électronique, alcool, médicaments, cannabis, champignons hallucinogènes, poppers, produits à inhaler, ecstasy, amphétamines, cocaïne, LSD, crack, héroïne ...)

Définition toxicologique retenue ou nomenclature

Pour les substances illicites :
- Expérimentation : avoir consommé un produit au moins une fois au cours de sa vie
- Usage récent: au moins un épisode de consommation au cours des trente derniers jours
- Usage régulier (de cannabis) : au moins 10 épisodes de consommation au cours des trente derniers jours
- Usage quotidien: au moins une fois par jour

Nombre d'unités statistiques observées

Après contrôle des données et filtrage sur l’âge, 39 115 questionnaires sont exploitables en 2017 en métropole.

Taux de couverture

Taux de participation : 99 %

Recueil de données

Questionnaire auto-administré anonyme

En 2017, le dispositif a été rénové afin d’améliorer les conditions d’enquête et d’aider le personnel civil ou militaire en charge des passations : une vidéo de présentation de l’enquête a été projetée dans tous les centres avant chaque passation.

Données recueillies

Le questionnaire 2014 comprend 30 questions :
- caractéristiques socio-démographiques (sexe, âge, caractéristiques scolaires et familiales)
- santé physique et mentale, mode de vie, loisirs et sociabilité
- Module sur l’usage de produits illicites :
- fréquence de la consommation et type de produits consommés
- âge à l’expérimentation
- polyconsommation

Qualité et fiabilité des données

Nombreuses vérifications quant à la représentativité des échantillons, la cohérence des réponses, etc. Pondération et recodage conformes aux recommandations méthodologiques internationales.

Diffusion

haut du document

Délai de diffusion des résultats

Publication : n + 1 an

Principal mode de diffusion des résultats

Tendances

Bibliographie

- Spilka S., Le Nézet O., Janssen E., Brissot A., Philippon A., Shah J., Chyderiotis S., « Les drogues à 17 ans : analyse de l'enquête ESCAPAD 2017 », Tendances, OFDT, n° 123, 2018, 8 p.
- Spilka S., Le Nézet O., Janssen E., Brissot A., Philippon A., Les drogues à 17 ans : analyse régionale. Enquête ESCAPAD 2017, OFDT, 2018, 54 p.

Observations

haut du document

Grâce à la mise en place de la Journée défense et citoyenneté (JDC), cette enquête permet de toucher l’ensemble des jeunes d’une classe d’âge (scolarisés ou non, filles et garçons), à un âge stratégique quant aux consommations de substances psychoactives.
Les échantillons constitués dans les DOM-COM permettent d’obtenir des données détaillées et comparables à celles de la métropole.
L’enquête renouvelée pour la 8ème fois en 2017 permet d’étudier des évolutions dans les niveaux et contextes d’usage.

Synthèse

haut du document

En 2017, 39,1 % des adolescents de 17 ans ont déjà fumé du cannabis au cours de leur vie. Cette prévalence est la plus basse jamais enregistrée dans l’enquête ESCAPAD : elle est inférieure de 9 points à celle de 2014 et de 11 points par rapport à 2002. La baisse des usages de cannabis concerne l’ensemble des indicateurs : l’usage dans l’année diminue de 7 points, passant de 38,2 % à 31,3 %, alors que l’usage régulier recule de 2 points, passant de 9,2 % à 7,2 %. Les consommations sont d’autant plus masculines que leur fréquence est élevée, notamment les niveaux d’usages réguliers qui varient du simple au double entre filles et garçons (4,5 % vs 9,7 %). Ce recul généralisé des usages de cannabis entre 2014 et 2017 s’observe chez les deux sexes.
En 2017, au regard du Cannabis Abuse Screening Test (CAST), un usager dans l’année sur quatre présenterait un risque élevé d’usage problématique ou de dépendance au cannabis (24,9 %). Cette proportion est légèrement plus importante qu’en 2014 (21,9 %) et la part d’usagers dans l’année potentiellement à risque est plus élevée chez les garçons que chez les filles, respectivement 29,1 % et 19,5 %. Ainsi, globalement, à 17 ans, 7,4 % des adolescents seraient susceptibles de présenter un risque élevé d'usage problématique de cannabis, soit autour de 60 000 jeunes de cet âge.

En 2017, 6,8 % des adolescents de 17 ans déclarent avoir consommé au moins une fois au cours de leur vie une substance illicite autre que le cannabis. Ce chiffre est en recul de 2 points par rapport à 2014 (8,8 %). Les niveaux d’expérimentation de ces substances se maintiennent entre 3 % et 4 % pour les plus élevés (3,4 % pour la MDMA/ecstasy) et moins de 1 % pour les plus faibles (0,6 % pour le crack). Les champignons hallucinogènes passent pour la première fois depuis 2000 au-dessous de la barre des 3 % (2,8 %).
Si les niveaux d’expérimentation des produits à inhaler restent circonscrits (3,1 %), ils sont nettement plus importants pour les poppers ou le purple drank.
En effet, leurs usages au cours de la vie concernent, à 17 ans, près de un adolescent sur dix (respectivement 8,8 % et 8,5 %).

Pour en savoir plus

haut du document

Consulter Tendances n°123 et Analyse régionale

 

 

Retour page principale

Haut du document

Dernière mise à jour : novembre 2018