Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page.

Type de source : Enquête en population générale

Type de substance considéré : Alcool

Population concernée : Population générale

 

Enquête sur les représentations, opinions et perceptions relatives aux psychotropes (EROPP) - alcool

 

Accès rapides :

- Organisation et financement
- Objectifs
- Méthodologie
- Diffusion
- Observations
- Synthèse
- Pour en savoir plus

 

Organisation et financement

haut du document

Maître d'oeuvre

Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)

Responsable

OFDT - 3 avenue du Stade de France - 93218 Saint-Denis

Financement et collaboration

Institut GfK-ISL

Objectifs

haut du document

- Appréhender les attitudes, représentations, opinions et perceptions des Français relatives aux substances, à leur usage et aux politiques publiques mises en œuvre dans ce cadre
- Mesurer leurs évolutions au fil du temps

Méthodologie

haut du document

Périodicité

Variable

Dates d'observation

1999, 2002, 2008, 2012

Approche

Quantitative

Unité statistique

Individu

Champ d'observation

Population générale des 15-75 ans

Méthode d'échantillonnage

Enquête téléphonique (ITAO ou CATI)
Exercices 1999 et 2002: tirage de ménages, tirage d’un individu de 15-75 ans au sein du ménage par la méthode des quotas. Les critères retenus pour les quotas sont le sexe, l’âge, la profession du chef de famille, la région et la catégorie d’agglomération.
Exercice 2008 et 2012: Sondage aléatoire avec deux échantillons représentatifs, un concernant les personnes ayant une ligne fixe, l’autre ne possédant qu’un téléphone mobile. Echantillonnage des téléphones fixes par sondage à deux degrés avec tirage du ménage par la méthode d’incrémentation puis sélection de l’individu interrogé par la méthode KISH. Echantillonnage des téléphones mobiles par génération de numéros aléatoires respectant les parts de marché des principaux opérateurs.

Durée d'observation

3 semaines en 1999 et 2002, 9 semaines en 2008 et 2012

Biais de couverture de la source par rapport au champ d'observation

En 1999 et 2002: ménages sur liste rouge, non francophones ou n’ayant pas le téléphone fixe. Une enquête complémentaire « portable exclusif » permet de limiter partiellement ces biais.
En 2008 et 2012: ménages non francophones.

Champ géographique

France métropolitaine

Découpage géographique possible

5 zones UDA (Région parisienne, Nord-ouest, Nord-est, Sud-ouest, Sud-est)

Champ toxicologique

Substances psychoactives licites et illicites

Définition toxicologique retenue ou nomenclature

Pour l'alcool :
- boissons alcoolisées (exemples annoncés dans la question) : vin, bière, apéritif, alcool fort, champagne, cidre…
- consommation au cours des 7 derniers jours et fréquence de cette consommation
- usage quotidien (au cours de la semaine précédent l'enquête)
- ivresse : avoir été "ivre" au cours des 12 derniers mois.

Nombre d'unités statistiques observées

2 500 individus (dont 300 individus possesseurs exclusifs d’un portable) en 2012

Taux de couverture

La méthode de sondage utilisée implique que la structure de l’échantillon ne se trouve pas déformée par les non-réponses. Un redressement a néanmoins été opéré afin d’ajuster les poids de chaque individu aux marges théoriques par un algorithme itératif (calage sur marge). En 2012, les données ont été pondérées par le nombre d’individus éligibles et de lignes téléphoniques au sein du ménage et calées sur les dernières données du recensement de l’INSEE sur les variables suivantes : sexe, tranche d’âge, région, catégorie socioprofessionnelle, nombre de personnes au foyer, équipement téléphonique et type d’habitat.

Recueil de données

Entretien téléphonique

Données recueillies

Questions spécifiques à l'alcool :
- perception de la dangerosité de l'alcool, seuil perçu de dangerosité et comparaison avec les autres produits
- réactions à certaines opinions courantes sur l’alcool
- fréquence de la consommation d'alcool au cours des 7 derniers jours
- fréquence de l'ivresse au cours des 12 derniers mois
Autres questions :
-caractéristiques socio-démographiques (sexe, âge, profession et statut d’activité - de la personne interviewée et du chef de famille - diplôme, situation familiale) et question générale d’attitude (motifs de préoccupation pour la société)
- consommations et opinions sur les autres substances

Qualité et fiabilité des données

Bonne

Diffusion

haut du document

Délai de diffusion des résultats

Premiers résultats : n + 9 mois
Publication : n + 12 mois

Principal mode de diffusion des résultats

Tendances

Bibliographie

- Costes J.M., Le Nézet O., Spilka S., Laffiteau C., «Dix ans d’évolution des perceptions et des opinions des Français sur les drogues (1999-2008)», Tendances n°71, 2010, 6 p.
- Tovar M.L., Le Nézet O., Bastianic T., « Perceptions et opinions des Français sur les drogues », Tendances n°88, 2013, 6 p.

Observations

haut du document

Synthèse

haut du document

L’alcool est perçu comme dangereux dès la première fois par une minorité de Français (11 %) mais trois quarts (74 %) d’entre eux le pensent quand il s’agit d’une consommation quotidienne. La dose moyenne au-delà de laquelle l’alcool est jugé néfaste pour la santé reste de 3,4 verres par jour. Ce produit n’est considéré comme très addictif que par un quart des Français.
Comme lors de l’enquête précédente en 2008, une majorité (91 %, plus que pour la cocaïne et l’héroïne) estime que les personnes « qui boivent beaucoup d’alcool » peuvent être « un danger pour leur entourage ». La proportion de Français qui considèrent que ces usagers souffrent d’une maladie est en recul, tout comme la part de ceux qui pensent que l’usage s’explique par des problèmes familiaux. Plus encore qu’en 2008, les Français semblent imputer aux usagers de drogues leur part de responsabilité. Néanmoins, dans le cas d’une consommation excessive d’alcool, la moitié des Français s’accordent à expliquer la consommation par des problèmes familiaux, proportion restée stable entre les deux enquêtes. 

S’agissant de l’interdiction de la vente d’alcool pour les mineurs, l’adhésion est massive : 93 % de Français approuvent la mesure, sans évolution depuis 2008. De même, deux tiers d’entre eux (67 %) considèrent que l’abus d’alcool pose plus de problèmes à la société que la consommation de drogues illicites.

Pour en savoir plus

haut du document

Tendances n°88

 

 

Retour page principale

Haut du document

Dernière mise à jour : novembre 2018