Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page.

Type de source : Enquête en population générale

Type de substance considéré : Alcool

Population concernée : Population générale / Jeunes

 

European School Survey on Alcohol and Other Drugs (ESPAD) - alcool

 

Accès rapides :

- Organisation et financement
- Objectifs
- Méthodologie
- Diffusion
- Observations
- Synthèse
- Pour en savoir plus

 

Organisation et financement

haut du document

Maître d'oeuvre

Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)

Responsable

Stanislas Spilka - OFDT - 3 avenue du Stade de France - 93218 Saint-Denis

Financement et collaboration

Groupe ESPAD
Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction – EMCDDA)
Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM)
Ministère de l’Éducation nationale
Santé publique France (ex-Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES))

Objectifs

haut du document

- Appréhender les attitudes, les comportements et les opinions des jeunes relatifs à leur consommation de substances psychoactives (en particulier l’alcool et les drogues illicites), leur santé et leurs modes de vie
- Mesurer les évolutions de ces comportements et de ces modes de vie au fil du temps
- Effectuer des comparaisons internationales (enquête réalisée simultanément dans une trentaine de pays européens)

Méthodologie

haut du document

Périodicité

Quadriennale

Dates d'observation

1999, 2003, 2007, 2011, 2015
(La France n’a pas participé à l’enquête de 1995, les données de l’enquête nationale de 1993 servent de point de référence).

Approche

Quantitative

Unité statistique

Individu

Champ d'observation

Population scolaire de l’enseignement secondaire (public et privé).
Depuis 2011, un échantillon de jeunes élèves âgés de 16 ans (nés en 1999 pour l’enquête 2015) est sélectionné pour répondre aux exigences du protocole européen et un autre est tiré pour couvrir l’ensemble des élèves scolarisés dans les lycées français, de la seconde à la Terminale.

Méthode d'échantillonnage

Tirage aléatoire proportionnel à deux degrés: établissements scolaires (selon le type d’établissement, la localisation géographique, le fait d’être en ZEP, le secteur public ou privé) puis classes (2 par établissement, sur tous les niveaux)

Durée d'observation

Deuxième trimestre 2015

Biais de couverture de la source par rapport au champ d'observation

Jeunes non scolarisés (rares en collège mais plus important en lycée : 2 % entre 13 et 15 ans et 8 % à 17 ans).
Absentéisme (plus fréquent chez les consommateurs que chez les autres élèves)
Au final, on compte 9,8 % d’absents ou de refus (des élèves ou des parents).

Champ géographique

France métropolitaine

Découpage géographique possible

Aucun

Champ toxicologique

Substances psychoactives licites et illicites (tabac, alcool, médicaments psychotropes, cannabis, produits à inhaler, amphétamines, cocaïne, LSD, crack, héroïne, ecstasy).
2015 : ajout des addictions sans produit

Définition toxicologique retenue ou nomenclature

Pour l'alcool (vin, bière, cidre, champagne, alcool fort, cocktail...) :
- expérimentation : avoir consommé au moins une fois dans sa vie
- usage régulier : à partir de 10 fois par mois
- ivresse au cours de la vie : avoir été ivre au moins une fois dans sa vie
- ivresse régulière : avoir été ivre au moins 10 fois au cours de l'année.

Nombre d'unités statistiques observées

2015 : 2 714 élèves nés en 1999 et 6 642 lycéens (de la 2nde à la Terminale)

Taux de couverture

Taux de participation des classes de 93 %.

Recueil de données

Questionnaire auto-administré

Données recueillies

Le questionnaire porte sur:
- caractéristiques socio-démographiques : sexe, âge, caractéristiques familiales, résultats scolaires
- consommation de tabac
- consommation de boissons alcoolisées
- consommation de cannabis et autres produits psycho-actifs: fréquence de la consommation, type de produits consommés, âge à l'expérimentation, risques de consommation
- addictions sans produit (Internet, jeux vidéo jeux de hasard et d’argent en ligne)
- habitudes de vie, loisirs, sports, santé.

Qualité et fiabilité des données

Bonne

Diffusion

haut du document

Délai de diffusion des résultats

Premiers résultats : n + 9 mois
Publication : n + 18 mois

Principal mode de diffusion des résultats

Rapport
Tendances

Bibliographie

- The ESPAD Group, “ESPAD Report 2015 - Results from the European School Survey Project on Alcohol and other Drugs”. Lisbon, EMCDDA, 2016; ESPAD, 99 p.
- Spilka S., Le Nézet O., « Consommation de tabac, alcool, cannabis et autres drogues en France et en Europe, à 16 ans - Résultats de l'enquête européenne ESPAD 2015 », OFDT, 2016, 21 p.
- Spilka S., Le Nézet O., Mutatayi C., Janssen E., « Les drogues durant les " années lycée " - Résultats de l’enquête ESPAD 2015 », Tendances n°112, OFDT, 2016, 4 p.

Observations

haut du document

Le remplissage des questionnaires se fait en présence d’un enquêteur. Cette personne est chargée de présenter l’enquête aux élèves et de répondre à leurs éventuelles questions.

Synthèse

haut du document

En France, 84 % des adolescents âgés de 16 ans déclarent, en 2015, avoir déjà consommé de l’alcool au cours de leur vie, sans différence entre les filles et les garçons. La proportion de jeunes usagers récents (l’ayant fait au cours des 30 derniers jours précédant l’enquête) s’élève à 53 %. Les garçons sont un peu plus nombreux que les filles à déclarer un tel usage (56 % contre 51 %). Après une hausse importante entre 2003 et 2011, la tendance s’infléchit nettement en 2015. La prévalence est passée de 67 % à 53 % sur la dernière période, soit une baisse relative de 21 % de l’usage récent de boissons alcoolisées. En outre, les spiritueux (alcools forts) apparaissent plus cités que la bière et le vin parmi les alcools consommés durant la dernière occasion (48 % contre respectivement 44 % et 8 %). [Extrait rapport de synthèse – septembre 2016].

Les années lycée constituent davantage une période de diversification et d’intensification des usages de boissons alcoolisées que d’expérimentation (qui passe de 85 % à 91 % entre la 2nde et la terminale). Si filles et garçons déclarent des taux comparables, la consommation d’alcool apparaît légèrement moindre parmi les élèves en filière professionnelle (84 % contre 88 % en filière générale).
Entre la fin du collège et le début du lycée, la consommation au cours du mois progresse de près de 20 points et concerne alors la moitié des élèves de 2nde (56 %). L’usage régulier (plus de 10 fois dans le mois) double (de 10 % à 21 %) entre la 2nde et la terminale. Au lycée, boire de l’alcool est davantage un comportement masculin : 68 % des garçons le font au moins une fois par mois et 20 % en ont un usage régulier, contre respectivement 60 % et 10 % des lycéennes.
La période du lycée est aussi marquée par la progression des alcoolisations excessives, avec 41 % des élèves qui déclarent au moins une alcoolisation ponctuelle importante (API) au cours du mois et 16 % au moins trois API dans le mois.
Comparés à 2011, les niveaux de consommations d’alcool en 2015 sont tous orientés à la baisse. L’usage régulier d’alcool et les API répétées diminuent de 7 points de pourcentage, aussi bien parmi les garçons que parmi les filles [Extrait Tendances n°112].

Pour en savoir plus

haut du document

Consulter rapport ESPAD France (21 p.) et Tendances n°112

 

Retour page principale

Haut du document

Dernière mise à jour : novembre 2018