Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page.

Type de source : Enquête en population générale

Type de substance considéré : Drogues illicites

Population concernée : Population générale

 

Enquête Evénements de vie et santé (EVS) - drogues illicites

 

Accès rapides :

- Organisation et financement
- Objectifs
- Méthodologie
- Observations
- Synthèse
- Pour en savoir plus

 

Organisation et financement

haut du document

Maître d'oeuvre

Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES - Ministère de la Santé)

Responsable

Catherine Cavalin - DREES - 14 Avenue Duquesne - 75350 Paris 07

Financement et collaboration

Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE)

Objectifs

haut du document

Objectif principal : mieux connaître les phénomènes de violences ressentis et leur implication, notamment en matière de santé.
Objectif secondaire : établir un lien entre les violences subies et les consommations de substances psychoactives licites et illicites.

Méthodologie

haut du document

Périodicité

Non connue à l’avance.

Dates d'observation

2005-2006

Approche

Quantitative

Unité statistique

Individu

Champ d'observation

Population générale âgée de 18 à 75 ans.

Méthode d'échantillonnage

Tirage au sort de 10 000 répondants dans l’échantillon-maître de l’Insee (recensement 1999) et dans la base de sondage des logements neufs (BDSL), avec une extension constituée dans la base de sondage spécifique aux zones urbaines sensibles (ZUS). Personnes résidant dans un ménage ordinaire, âgées de 18 à 75 ans, avec une surreprésentation des 18-25 ans.

Durée d'observation

4 mois (novembre 2005 - février 2006)

Biais de couverture de la source par rapport au champ d'observation

Sont exclus les ménages collectifs et ceux ne disposant pas d’un lieu de résidence.

Champ géographique

France métropolitaine (+ quelques entretiens en Corse)

Découpage géographique possible

Aucun

Champ toxicologique

Substances psychoactives licites (alcool et tabac) et illicites (cannabis, produits à inhaler, amphétamines, cocaïne, LSD, crack, héroïne, ecstasy, etc.).

Définition toxicologique retenue ou nomenclature

Cannabis : usage actuel = au moins une fois au cours des 12 derniers mois.
Usage récent : au moins une fois au cours des 30 derniers jours.
Usage régulier : au moins 10 fois au cours des 30 derniers jours.
Autres drogues illicites : "Avez-vous déjà consommé une autre drogue?" (expérimentation seulement, pas d'autre niveau d'usage).

Nombre d'unités statistiques observées

9 953 répondants de 18-75 ans en face à face dont 9 538 ont aussi répondu au questionnaire auto-administré sur les consommations de substances psychoactives.

Taux de couverture

73 %

Recueil de données

Enquêteurs professionnels de l'INSEE par entretien en face à face et par audio-CASI)

Données recueillies

L'entretien en face à face est construit autour de six modules :
- le TCM (tableau de composition du ménage)
- le module "santé" : santé perçue, maladies chroniques, handicaps, traumatologie, tabagisme, etc.
- le module biographique : biographie professionnelle et familiale, événements difficiles...
- le module "violence subie au cours des 24 derniers mois" (vols ; cambriolages ; violences verbales ; physiques ; sexuelles ; morales et psychologiques).
- le module "violence subie au cours de la vie entière".
- un module conclusif avec des questions ouvertes si l'enquêté souhaite ajouter des éléments.

Le questionnaire auto-administré par ordinateur avec interface audio comprend quatre modules:
- le module "comportements sexuels" : âge au premier rapport, nombre de partenaires, contraception, IVG, dépistages VIH et IST.
- le module "consommation d'alcool" : consommation au cours de la vie par la combinaison des tests DETA et AUDIT.
- le module "consommation de drogues illicites" : consommation au cours de la vie de substances psychoactives illicites (cannabis, cocaïne, ecstasy, amphétamines, etc.) et âge d'expérimentation.
- des questions de "rattrapage" sur les attouchements et rapports sexuels forcés" pour réimputer ces éléments aux enquêtés qui n'avaient pas souhaité répondre à ces questions en face à face.

Qualité et fiabilité des données

Nombreuses vérifications quant à la représentativité des échantillons, la cohérence des réponses, etc. Pondération et calage sur marges par la méthode Calmar de l'INSEE.

Délai de diffusion des résultats

Premiers résultats : n+18 mois
Publication : n+ 4 ans

Principal mode de diffusion des résultats

Rapport

Bibliographie

- Beck F., Cavalin C., Maillochon F. (sous la direction de), "Violences et santé en France : état des lieux", Paris, La documentation Française, 2010, 274 p.

Observations

haut du document

Synthèse

haut du document

Comme dans les autres enquêtes, le cannabis est de loin la drogue illicite la plus expérimentée : un quart des enquêtés a déjà essayé et c'est le cas de la moitié des 18-24 ans (dont un quart en a consommé dans l'année). Quel que soit le niveau d'usage, il diminue avec l'âge. L'usage régulier est lié à la recherche d'emploi ou à une situation financière difficile. 

L'expérimentation des autres drogues illicites ne dépasse pas 2,5 % même si 6,6 % des 18-24 ans a essayé au moins une fois l'ecstasy. Les hommes sont plus nombreux à avoir expérimenté ces substances illicites. Hormis le cannabis, la cocaïne est la drogue pour laquelle l'écart entre les deux sexes est le moins marqué alors qu'il est le plus important pour les amphétamines (réputés comme coupe-faim dans les anciennes générations de femmes). Les chômeurs et les personnes précaires apparaissent plus souvent expérimentateurs de drogues illicites. 

Toutes choses égales par ailleurs, les plus diplômés présentent de plus fortes proportions d'usagers réguliers de cannabis et d'expérimentateurs d'autres drogues illicites. 

Globalement, les personnes qui ont subi des violences récemment ont une prévalence plus élevée d'usage de drogues illicites. Les enquêtés qui rapportent un usage d'alcool ou de drogues dans leur famille proche sont deux fois plus nombreux à consommer du cannabis, régulièrement ou occasionnellement. Par ailleurs, l'expérimentation de drogues illicites semble associée au divorce ou la séparation des parents.
En résumé, contrairement au tabac et à l'alcool, l'expérimentation de drogues illicites est liée aux violences subies ces deux dernières années et aux événements familiaux vécus avant l'âge adulte.
[Extrait "Les pratiques addictives des jeunes adultes" in "Violences et santé en France : état des lieux", Paris, 2010.].

Pour en savoir plus

haut du document

 

 

Retour page principale

Haut du document

Dernière mise à jour : décembre 2016