Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page.

Type de source : Dispositif spécifique d'observation

Type de substance considéré : Drogues illicites

Population concernée : Population particulière

 

Réseau des sites du dispositif Tendances récentes et nouvelles drogues (TREND)

 

Accès rapides :

- Organisation et financement
- Objectifs
- Méthodologie
- Diffusion
- Observations
- Synthèse
- Pour en savoir plus

 

Organisation et financement

haut du document

Maître d'oeuvre

Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT)

Responsable

Agnès Cadet-Taïrou - OFDT - 3 avenue du Stade de France – 93218 Saint-Denis Cedex

Financement et collaboration

 

Objectifs

haut du document

Le dispositif TREND dans son ensemble vise à identifier et décrire dans les délais les plus brefs possibles les phénomènes émergents liés aux drogues illicites en France.
Ce dispositif vient en complément des grandes sources traditionnelles d’information, en portant en priorité sur des substances illicites à faible prévalence d’usage et en assurant une remontée rapide d’informations.
Le réseau des sites est l’un des outils du dispositif TREND. Son objectif est la réalisation d’une collecte et de l’analyse d’informations dans plusieurs sites centrées sur les phénomènes émergents liés aux drogues à l’échelle de chaque site.

Méthodologie

haut du document

Périodicité

Recueil en continu

Dates d'observation

Depuis 1999

Approche

Quantitative et qualitative

Unité statistique

Multiple (usagers, produits, etc.)

Champ d'observation

Populations émergentes d’usagers de produits et produits, modalités d’usage, dommages, etc. émergents  

Deux espaces principaux d’observation:
-«l’espace urbain» : recouvre essentiellement le dispositif des structures de première ligne (CAARUD) et les lieux « ouverts » tels la rue et les squats
-«l’espace festif» : désigne les lieux et moments où se déroulent des événements festifs (free parties, sorties en boites ou en discothèques, soirées privées), le plus souvent mais pas exclusivement, relevant de la culture techno.

Méthode d'échantillonnage

Les deux espaces principaux d'observation sont retenus pour la forte probabilité d'y repérer des phénomènes nouveaux ou non encore observés.

Durée d'observation

Recueil continu par un réseau de coordinations locales

Biais de couverture de la source par rapport au champ d'observation
Il ne s’agit pas d’un outil visant à une représentativité, mais à une capacité de détection. En ce sens, il cherche à situer son observation dans les «espaces» où la probabilité d’apparition d’un phénomène émergent lié aux drogues est la plus élevée.

Champ géographique

Métropole

Découpage géographique possible

Site TREND

Champ toxicologique

Substances psychoactives illicites et médicaments détournés de leur usage thérapeutique principalement.
Les niveaux et les modes d'usage de l'alcool et du cannabis sont mesurés dans les populations visibles dans le champ de TREND, mais peu observés en dehors de leur association aux autres produits.

Définition toxicologique retenue ou nomenclature

Nombre d'unités statistiques observées

8 sites d’observation (Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Metz, Paris, Rennes, Toulouse)

Taux de couverture

Recueil de données

Au plan local, les coordinations des sites recueillent les informations à partir des :
- observations de type ethnographique réalisées auprès des usagers des espaces urbain et festif techno
- questionnaires qualitatifs remplis par des équipes en charge de structures bas seuil, des associations de santé communautaire ou de réduction des risques dans le cadre du mouvement festif techno et des associations d’usagers
- des groupes focaux réunissant des professionnels investis dans les champs sanitaire et répressif et des usagers impliqués notamment dans les groupes d’auto-support
- et, par une enquête transversale quantitative réalisée annuellement jusqu'en 2003, puis tous les 2 à 3 ans, auprès d'usagers de CAARUD (ENaCAARUD).
Chaque site transmet à l’OFDT un rapport annuel de site.

Données recueillies

- Caractéristiques des usagers
- Produits
- Modalités d’usages
- Dommages sociaux et sanitaires
- Perceptions et représentations des produits
- Modalités d’acquisition de proximité

Qualité et fiabilité des données

Diffusion

haut du document

Délai de diffusion des résultats

n + 12 mois pour la publication annuelle

Principal mode de diffusion des résultats

Rapport annuel du dispositif TREND

Bibliographie

- Costes J-M. (sous la direction de), « Les usages de drogues illicites en France depuis 1999 - Vus au travers du dispositif TREND », Saint-Denis, OFDT, 2010, 192 p.
- Cadet-Taïrou A., Gandilhon M., Martinez M., Néfau T., Milhet M., « Substances psychoactives, usagers et marchés : les tendances récentes (2015-2016)», Tendances n°115, Saint-Denis, OFDT, décembre 2016, 8 p.

Observations

haut du document

Au niveau national, le dispositif TREND mobilise divers outils : des informations coordonnées par l'OFDT et celles produites par divers partenaires.  

Les informations coordonnées par l’OFDT :
- rapports des sites
- système SINTES, dispositif d’analyse toxicologique d’échantillons de drogues saisis et collectés sur le terrain (voir fiche correspondante)
- investigations spécifiques : enquêtes pouvant porter sur l’approfondissement d’une thématique identifiée par le dispositif TREND, sur l’exploration d’un espace social particulier ou sur l’élaboration de nouveaux outils d’observation

Les systèmes d’informations partenaires :
- enquête OPPIDUM : Observation des produits psychotropes ou détournés de leur utilisation médicamenteuse (voir fiche correspondante)
- enquête OSIAP : Ordonnances suspectes, indicateurs d’abus et de pharmacodépendance
- système SIAMOIS : Système d’information sur l’accessibilité au matériel officinal d’injection et des produits de substitution (voir fiche correspondante)
- enquête ESCAPAD : Enquête sur la santé et les consommations lors de la journée d’appel et de préparation à la défense (voir fiche correspondante)  
- fichier OSIRIS : Outil statistique d'information et de recherche sur les infractions sur les stupéfiants (voir fiche correspondante) et examen de procédures policières

Synthèse

haut du document

Les aspects les plus marquants pour les observations des années 2015-2016 :
- double mouvement au sein du mouvement festif électro : nouveau souffle du mouvement alternatif porté par l’engouement de nouvelles générations pour les valeurs prônées par celui-ci (liberté, autonomie, solidarité, etc.) mais aussi multiplication des petits événements festifs.
- diffusion confirmée du « chemsex » et du « slam » : les rencontres à visée sexuelle, portées par le développement des réseaux sociaux, ont eu tendance à se privatiser en s’éloignant des lieux de socialisation traditionnels et en perdant leur caractère plus spontané. Ainsi chez certains, les stratégies d’utilisation des produits sont de plus en plus élaborées, grâce à l’utilisation de sites spécifiques de rencontre.
- intensification de la violence autour des trafics : ce phénomène ne touche plus seulement Marseille, qui connaît une recrudescence sans précédent depuis une vingtaine d’années des meurtres  liés aux trafics de drogues, mais aussi des métropoles comme Lille, Rennes ou Bordeaux. Il se manifeste notamment par la croissance de saisies d’armes lourdes dans le cadre d’affaires de stupéfiants ou de violences directes aux personnes.
- poursuite de « l’aller vers » : importance clé du téléphone portable comme outil de trafic. Ainsi, le démantèlement de points de vente a poussé les dealers à aller à la rencontre des clients en prenant contact par SMS. Dans la région parisienne, ce phénomène a pris la forme des cocaïne call centers où les commandes s’effectuent par SMS et sont honorées par des livreurs à domicile.
- utilisation plus fréquente du dark web : si la diversification des vecteurs de trafic se poursuit, avec notamment l’essor de la voie postale, l’évolution la plus rapide semble concerner le développement des commandes de drogues illicites par le biais du dark web. Cependant, même si les discours et les signaux témoignent d’une montée en puissance, ce mode d’achat reste l’apanage de quelques-uns.
- fabrication artisanale, en France, de produits dérivés du cannabis : cette tendance émergente, cantonnée pour le moment à quelques sites (Bordeaux, Marseille, Lille, Toulouse), s’inscrit dans un courant plus large qui voit l’essor du « do it yourself ». Parallèlement, le rééquilibrage du marché français en faveur de l’herbe se poursuit, à tel point que celle-ci peut apparaître plus disponible que la résine sur certains sites TREND.
- la MDMA, sous sa forme ecstasy (comprimé), poudre ou cristal, poursuit sa diffusion tant du fait de sa large disponibilité potentielle dans tout type d’événements festifs que de son expérimentation par des usagers aux profils de moins en moins spécifiques.
- quelque 50 nouvelles substances ont été identifiées en France pour la première fois en 2015, mais la circulation des NPS paraît encore marginale et hétérogène selon les sites et les espaces observés.
- accroissement des pratiques de détournement des médicaments codéinés et des opioïdes forts (fentanyl, oxycodone…) ou plus faibles (tramadol) par des personnes a priori non usagères de drogues (en dehors du cannabis dont l’usage peut être présent) et n’ayant jamais consommé d’héroïne ou de médicaments de substitution aux opiacés. Par ailleurs, on assiste à un report de plus en plus fréquent des usagers précaires vers les consommations de médicaments, en particulier opiacés, en répercussion de la crise économique.
- dissémination du crack en Île-de-France : l’année 2015 a été marquée par le déplacement des deals à l’intérieur du métro parisien, dans les couloirs ou certaines rames. Des points de deal émergent dans le département de Seine-Saint-Denis, tandis que la presse régionale a fait état de la constitution d’un gros point de vente à Compiègne, dans l’Oise, département industriel très touché par la précarité sociale. [Extrait du Tendances n°115].

Pour en savoir plus

haut du document

Consulter Tendances n° 115

Voir également les fiches pour les outils spécifiques au dispositif TREND :
- SINTES
- ENaCAARUD

 

 

Retour page principale

Haut du document

Dernière mise à jour : novembre 2017