Actualités rss.gif

Bulletin TREND COVID-19 n° 2

Bulletin TREND COVID-19 n° 2

Paris, le 26 mai 2020

Le deuxième bulletin d’analyse du dispositif Tendances récentes et nouvelles drogues (TREND) de l’OFDT documente les conséquences de la crise sanitaire et du confinement jusqu’à la fin de celui-ci. L’ensemble des sites du réseau se sont mobilisés pour décrire les évolutions à l’œuvre dans le champ des contextes d'usages de drogues, des prises en charge et des marchés.

Du côté des usages, le bulletin signale notamment les reports observés pour compenser les difficultés d’accès à des substances ordinairement consommées (la résine de cannabis surtout). Ces reports se font majoritairement vers l’alcool mais peuvent aussi concerner les médicaments de substitution aux opioïdes ou encore les benzodiazépines. Le bulletin se penche par ailleurs sur la situation des chemsexeurs qui semblent majoritairement avoir suspendu leurs usages en confinement.

S'agissant de l'accompagnement des usagers, le bulletin revient sur l’engagement des professionnels confrontés à de multiples difficultés de prises en charge des personnes en grande précarité. Parmi les pratiques mises en œuvre, on relève un déploiement sans précédent de la réduction des risques à distance avec une nette augmentation de la file active . La prise en charge des personnes sortant de détention, à la suite des remises de peine exceptionnelles intervenues pendant le confinement, est également traitée.

Enfin, le bulletin aborde les perturbations du marché des drogues. Si l’activité s’est ralentie dans les plus gros points de vente physique observés par les sites, le recours à la livraison à domicile s’est intensifié. D’après les remontées des observateurs et coordinateurs, le marché de la résine de cannabis semble avoir été le plus affecté par la crise sanitaire. La pénurie a pu entraîner de fortes hausses des prix et une plus grande visibilité de la disponibilité d’herbe produite localement.

En savoir plus
Le Point SINTES, sixième édition

Le Point SINTES, sixième édition

Un nouveau numéro du Point SINTES, publication du Système d’identification national des toxiques et des substances de l’OFDT, décrit l'activité du dispositif de veille, de collecte et d'analyse des produits en circulation au cours de l'année 2019. Il revient sur la teneur et la composition des échantillons ayant fait l’objet des 525 collectes dans l'année (soit le plus haut niveau depuis la mise en place du dispositif en 1999). La cocaïne a été le produit le plus souvent collecté, les autres substances analysées par le dispositif étant supposées être de l'héroïne, de la MDMA/ecstasy, des dérivés du cannabis et des amphétamines. Cette conformité avec la molécule attendue est vérifiée dans 7 cas sur dix mais, pour certains produits, les analyses révèlent une grande variabilité des teneurs. Le dispositif SINTES a également collecté 115 nouveaux produits de synthèse (NPS), soit près d’un quart de tous les échantillons. Il s'agit principalement de cathinones et de cannabinoïdes de synthèse. Ces derniers peuvent être consommés sous forme de e-liquides, parfois à l’insu des usagers pensant qu’il s’agit d’un produit dérivé du cannabidiol (CBD).

En savoir plus
Résultats de l'enquête internationale HBSC

Résultats de l'enquête internationale HBSC

Paris, le 19 mai 2020

L’enquête Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) mise en place par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) interroge régulièrement un large échantillon de jeunes élèves de 11, 13 et 15 ans, sur leurs comportements de santé. Santé mentale, vécu scolaire, bien-être social, comportements alimentaires, usages de substances psychoactives ou utilisation des technologies numériques … En 2018, plus de 227 000 élèves scolarisés dans 45 pays en Europe et au Canada ont répondu à un questionnaire sur ces sujets. L'OMS publie ce jour l'ensemble des résultats.

Cette parution internationale permet d’apprécier la position des jeunes Français (désormais mesurée en France dans le cadre du dispositif EnCLASS-Enquête nationale en collège et en lycée chez les adolescents sur la santé et les substances), par rapport à leurs homologues européens. Dans un focus sur les consommations d’alcool, de tabac et de cannabis, l'OFDT indique que les usages des adolescents français sont orientés à la baisse depuis dix ans mais demeurent au-dessus des moyennes européennes. L’Observatoire propose également une synthèse en français sur les différentes thématiques. La position des jeunes Français est dans la moyenne à propos de la santé mentale, assez satisfaisante sur le stress occasionné par le travail scolaire et contrastée à propos de l’appréciation de l’école. Les jeunes Français ont peu d’activité physique mais on observe assez peu de surpoids ou d’obésité. La France ne se démarque pas des constats faits en matière de pratiques numériques. L’ensemble de ces résultats seront détaillés dans les prochaines semaines par le Dr Emmanuelle Godeau, responsable scientifique de l’enquête HBSC en France, et l’École des hautes études en santé publique (EHESP) en lien avec Santé publique France.

Lire la synthèse des résultats en français  (12 p.)
Lire la note sur les substances psychoactives (21 p.)
Consulter le communiqué de presse (2 p.)

Tableaux de bord tabac

Tableaux de bord tabac (janvier/février/mars)

Paris, le 5 mai 2020

La comparaison (à jours constants) entre les premiers trimestres 2019 et 2020 montre une baisse des ventes totales de tabac de -8,7 % dans le réseau des buralistes (plus marquée pour les cigarettes que pour le tabac à rouler, avec respectivement -10,5 % et -3,1 %). Le marché a été affecté par la hausse des prix du mois de mars (portant à 10 euros la marque du parquet le plus vendu) ainsi que par le début des mesures de confinement lié à la crise sanitaire du covid-19, qui a réduit le volume d'achats transfrontaliers du fait de la fermeture des frontières. En mars 2020, le chiffre d'affaires en bureau de tabac (et donc la valeur du marché dans le réseau des buralistes) a ainsi augmenté de 4,5 % en France continentale comparé à mars 2019. Cette hausse est nettement plus importante dans les 22 départements frontaliers (9,9 %, contre seulement 3,4 % dans les départements non-frontaliers) avec des augmentations allant jusqu’à 43,3 % dans l’Ariège. En volume, la baisse des ventes est plus limitée dans les départements frontaliers (-3,2 %) que non-frontaliers (-8,9 %), du fait de la probable captation de consommateurs qui s’approvisionnaient dans les pays limitrophes. Ces tendances contextuelles seront à confirmer au cours du 2e trimestre 2020.

Les ventes de traitements d’aide à l’arrêt du tabac sont toujours fortement orientées à la hausse au 1er trimestre 2020, de 17,4 % par rapport aux ventes du 1er trimestre 2019 (en équivalent patients traités et à jours de livraison constant). L’augmentation est particulièrement saillante pour le mois de mars 2020 (+39,2 % entre février et mars 2020, +29,1 % entre mars 2019 et mars 2020 en ventes totales équivalent patients traités). Concernant les appels à Tabac Info Service, le 1er trimestre 2020 marque une baisse de 4,2 % des appels traités de niveau 1, comparé au 1er trimestre 2019, mais une augmentation de 6,6 % des appels de niveau 2 (la ligne dispose de deux niveaux de traitement des appels. Le premier adresse de la documentation, répond à des questions simples sur le tabac et organise la prise de rendez-vous avec les tabacologues, qui assurent le niveau 2).

En savoir plus
Bulletin TREND COVID-19 n° 1

Bulletin TREND COVID-19 n° 1

Paris, le 15 avril 2020

Dans le contexte de l'épidémie de COVID-19 et du confinement mis en place le 17 mars, le dispositif Tendances récentes et nouvelles drogues (TREND) se mobilise pour documenter les premières conséquences de la crise sanitaire actuelle.

À partir des contributions de 7 sites (Bordeaux, Paris, Lille, Lyon, Marseille, Metz et Rennes), un recueil d'informations présenté sous la forme d'un bulletin est proposé dans lequel différentes questions sont abordées.

Ce premier bulletin, qui a vocation à être régulièrement mis à jour, met en lumière quelques évolutions globales comme la dégradation des conditions de vie des usagers précarisés, la hausse globale des prix des produits, le développement de la délivrance du matériel de réduction des risques « à distance » alors que les moyens de protection à disposition des professionnels face au virus sont restés jusqu’ici insuffisants.

En savoir plus
Chiffre d’affaires du cannabis en 2017 - Une nouvelle estimation directe par la dépense

Chiffre d’affaires du cannabis en 2017 - Une nouvelle estimation directe par la dépense

Paris, le 15 avril 2020

Le cannabis est le premier produit illicite consommé en France. Avec quelque 900 000 usagers quotidiens parmi les personnes âgées de 11 à 64 ans, les Français figurent depuis les années 2000 parmi les premiers consommateurs au plan européen.

Malgré l’importance des usages, le caractère clandestin de ce marché complique les possibilités d’évaluer son ampleur. Pourtant, l'estimation du chiffre d'affaires du cannabis constitue un élément utile à prendre en compte pour apprécier l'impact de cette consommation de résine ou d'herbe, notamment au plan économique et social. Afin de progresser dans ce travail, les dernières enquêtes menées en 2017 auprès de la population adulte (Baromètre de Santé publique France) et des adolescents de 17 ans (enquête ESCAPAD de l’OFDT) ont interrogé les usagers de cannabis sur leur nombre d’achats de cannabis effectués dans l’année et leurs dernières dépenses.  C’est à partir des réponses apportées qu’une dépense annuelle moyenne a pu être calculée et un chiffre d’affaires estimé. Ces calculs sont présentés dans le numéro 137 de la publication Tendances.

En savoir plus
Les usages de drogues à l’adolescence en Nouvelle-Calédonie

Les usages de drogues à l’adolescence en Nouvelle-Calédonie

Paris, le 15 avril 2020

Depuis 2000, l’enquête ESCAPAD interroge les adolescents âgés de 17 ans de nationalité française. Elle vise prioritairement à quantifier, sur l’ensemble du territoire national, la consommation de produits psychoactifs, licites et illicites en population adolescente. Dans cet objectif, l’exercice 2017 a intégré, pour la troisième fois après les enquêtes 2005 et 2008, un échantillon d’adolescents de Nouvelle- Calédonie.

Qu’il s’agisse des consommations de tabac, d’alcool et de cannabis, les jeunes âgés de 17 ans en Nouvelle-Calédonie présentent globalement des niveaux d’usage supérieurs à ceux mesurés en France métropolitaine. Les consommations des autres drogues illicites se révèlent similaires à celles mesurées chez leurs homologues métropolitains. On retrouve également, comme sur l’ensemble du territoire national, des écarts importants dans les niveaux d’usage entre les filles et les garçons, qui apparaissent en outre plus marqués même s’il n’est pas possible de conclure statistiquement sur ce point.  

Si les niveaux de consommation de substances à l’adolescence ont eu tendance à baisser en France métropolitaine au cours des dernières années, les niveaux sont, cependant, restés stables en Nouvelle-Calédonie entre 2005 et 2017, les comportements d’alcoolisation importante ou l’expérimentation d’une drogue illicite autre que le cannabis, ayant eu tendance à se développer.

Alors que les autres territoires ultra-marins présentent des niveaux de consommation généralement très en deçà de la moyenne métropolitaine, la Nouvelle-Calédonie affiche donc un profil qui se démarque.

En savoir plus
Matinale

Matinale " Alcool : quelles accessibilités ? " de l'OFDT en vidéo

Paris, le 3 mars 2020

Les vidéos de la Matinale « Alcool : quelles accessibilités ? » organisée par l'OFDT le 4 décembre dernier sont désormais disponibles en intégralité. Cette Matinale, introduite par le directeur de l'OFDT Julien Morel d'Arleux, a été clôturée par le professeur Mickaël Naassila, de l'université de Picardie Jules Verne.
Deux publications inédites de l'OFDT ont par ailleurs été dévoilées : le tableau de bord alcool (Christophe Palle) et le numéro de Tendances sur l’exposition des jeunes au marketing en faveur de l'alcool à partir des données de l’enquête ESCAPAD 2017 (Carine Mutatayi et Stanislas Spilka). Outre les présentations consacrées à ces sujets, il est également possible de prendre connaissance des interventions sur les représentations et motivations d’usage chez les jeunes (Ivana Obradovic), de la captation à propos de l'exposition des jeunes au marketing alcool dans différents lieux de vie (Carine Mutatayi) et enfin de celle sur l’accessibilité de l’alcool dans deux collectivités d’outre-mer : La Réunion et la Guyane (Agnès Cadet-Taïrou).

En savoir plus
Bilan 2019 tableau de bord tabac

Bilan 2019 tableau de bord tabac

Paris, le 27 février 2020

À la suite de deux nouvelles augmentations des prix, en mars puis en novembre 2019, ayant porté le prix annuel moyen du paquet de cigarettes de la marque la plus vendue à 8,78 euros, le volume des ventes de cigarettes dans le réseau des buralistes s’établit à 37 843 tonnes. À nombre de jours de livraison constants, la baisse des ventes de cigarettes (80 % des volumes de tabac vendus) est de 7,1 % en France métropolitaine.

Pour la 3e année consécutive, les ventes de traitements d’aide à l’arrêt du tabac connaissent une forte progression. Dans un contexte de mise en place du remboursement de ces traitements par l’Assurance maladie à hauteur de 65 %, elles correspondent désormais à près de 4,3 millions d’équivalent « patients traités » soit un tiers de plus qu’en 2018.

En savoir plus
Les pratiques professionnelles dans le champ des addictions

Les pratiques professionnelles dans le champ des addictions

Paris, le 31 janvier 2020

En vue de contribuer au développement des connaissances relatives aux pratiques professionnelles dans le champ des addictions, l’OFDT réalise une première série de quatre études portant sur les interventions déployées auprès de quatre catégories de publics vulnérables : les jeunes, les femmes, les usagers en grande précarité et les populations placées sous main de justice. Dans ce cadre, une revue de la littérature a été réalisée afin de réunir les connaissances disponibles issues des travaux en sciences humaines et sociales conduits par les chercheurs français. La présente note en expose les principaux résultats.

Là où les premiers « intervenants en toxicomanie » refusaient de qualifier la dépendance ou l’usage de drogues de maladie, les pratiques actuelles se sont étendues à des usages en deçà du seuil de dépendance dans un objectif de prévention des risques. Dans le même temps, la réduction des risques et des dommages a mis en place des méthodes favorisant l’inclusion des publics les plus précaires dans le spectre de l’intervention en modifiant profondément les objectifs thérapeutiques. De condition sine qua non du traitement, l’abstinence est devenue un objectif souhaitable dès lors qu’elle ne met pas en péril les bénéfices tirés par la prévention et la prise en charge des problèmes somatiques des usagers de drogues.

Dès lors, la tendance à la spécialisation des dispositifs et des pratiques brouille aujourd’hui les catégories d’analyse classiques (haut seuil/bas seuil, soin/prévention, prise en charge...) et pousse à considérer qu’il est nécessaire, pour qualifier leur diversité, de développer la compréhension des pratiques professionnelles à travers l’examen de leur exercice au quotidien.

En savoir plus
 Usages de drogues en prison - Pratiques, conséquences et réponses

Usages de drogues en prison - Pratiques, conséquences et réponses

Paris, le 31 janvier 2020

Depuis la fin des années 1980, la question des drogues en prison est un enjeu social important. Un nouveau numéro de Théma propose une synthèse des travaux existant sur le sujet afin de documenter l’ampleur et la nature des usages, leurs conséquences et les réponses qui y sont apportées. Ce travail adopte une double approche : une revue de littérature narrative permettant une rétrospective sur 20 ans et la valorisation des derniers travaux de l’OFDT produits sur la question.

L’état des lieux dressé par cette publication Théma est l’occasion de rappeler que, si les usages sont largement supérieurs chez les personnes incarcérées que dans le reste de la population, les réponses apportées se heurtent à des contradictions entre la logique pénitentiaire d’un côté et la logique soignante de l’autre.

Il permet d’apprécier la situation alors que la stratégie de santé des personnes placées sous main de justice de 2019 prévoit la mise en œuvre de nouvelles enquêtes épidémiologiques et de réponses innovantes à l’égard des usagers.

En savoir plus
Vienne 2019 : un système international de contrôle des drogues sous tension

Vienne 2019 : un système international de contrôle des drogues sous tension

Paris, le 16 décembre 2019

Du 18 au 23 mars 2019 s’est tenue à Vienne la 62e session régulière de la Commission des stupéfiants (Commission on Narcotic Drugs ou CND). Pendant plus d’une semaine de débats, la capitale autrichienne a accueilli près de 2 400 participants, dont plusieurs ministres et chefs de gouvernement, représentant un large éventail d’acteurs (États membres, agences onusiennes, organisations de la société civile - OSC, monde scientifique, etc.). À ce rendez-vous annuel a été ajouté, les 14 et 15 mars, un « segment ministériel » spécial chargé de faire le bilan des efforts déployés ces dix dernières années pour « aborder et combattre le problème mondial de la drogue ».

Le numéro 12 de Drogues, enjeux internationaux décrypte ces 10 jours de débats, en proposant une analyse circonstanciée d’enjeux et de développements qui conditionneront les prochaines orientations stratégiques des politiques internationales sur les drogues.

En savoir plus
Usagers, marchés et substances : évolution récentes (2018-2019)

Usagers, marchés et substances : évolution récentes (2018-2019)

Paris, le 13 décembre 2019

Le dispositif TREND de l’OFDT assure, depuis 1999, une veille sur les tendances et les phénomènes émergents dans le champ des drogues. Il se focalise sur des populations particulièrement consommatrices de produits psychoactifs et s’appuie sur des données qualitatives collectées par le réseau des sites TREND implantés dans huit agglomérations métropolitaines. La mise en perspective systématique, au plan local et national, des informations recueillies auprès de différentes sources garantit la fiabilité des phénomènes, décrits ici de manière nécessairement synthétique.

Le numéro 136 de Tendances se penche d’abord sur les transformations relatives aux contextes de consommation et aux populations d’usagers. Elle évoque l’aggravation des situations de précarité des usagers, les mutations de l’espace festif techno et des pratiques de chemsex dans une frange de la communauté gay. La deuxième partie de ce numéro porte sur les transformations de l’offre qui s’adapte à la demande, et la troisième sur les usages de  produits psychoactifs (la cocaïne, la kétamine, le GHB-GBL, le cannabis et le protoxyde d’azote et les opioïdes) qui ont marqué l’année 2018.

En savoir plus
L’exposition au marketing en faveur de l’alcool chez les jeunes, à 17 ans

L’exposition au marketing en faveur de l’alcool chez les jeunes, à 17 ans

Paris, le 4 décembre 2019

Afin de mesurer l’exposition au marketing en faveur de l’alcool tel qu’il est perçu par les adolescents, l’OFDT a développé un jeu de questions (French Alcool Marketing Exposure Scale, FAMES) qui puisse être utilisé dans les enquêtes quantitatives en population générale adolescente. Inauguré lors de l’enquête ESPAD de 2015, ce module a été revu puis proposé à un échantillon représentatif de jeunes de 17 ans, dans le cadre de l’enquête ESCAPAD, en 2017.

Le numéro 135 de Tendances rend compte des réponses des 10 591 filles et garçons de 17 ans qui se souvenaient d’une publicité pour une boisson alcoolisée.

En savoir plus