Actualités rss.gif

L’exposition au marketing en faveur de l’alcool chez les jeunes, à 17 ans

L’exposition au marketing en faveur de l’alcool chez les jeunes, à 17 ans

Paris, le 4 décembre 2019

Afin de mesurer l’exposition au marketing en faveur de l’alcool tel qu’il est perçu par les adolescents, l’OFDT a développé un jeu de questions (French Alcool Marketing Exposure Scale, FAMES) qui puisse être utilisé dans les enquêtes quantitatives en population générale adolescente. Inauguré lors de l’enquête ESPAD de 2015, ce module a été revu puis proposé à un échantillon représentatif de jeunes de 17 ans, dans le cadre de l’enquête ESCAPAD, en 2017.

Le numéro 135 de Tendances rend compte des réponses des 10 591 filles et garçons de 17 ans qui se souvenaient d’une publicité pour une boisson alcoolisée.

En savoir plus
Les addictions dans le programme

Les addictions dans le programme "Un chez soi d'abord"

Paris, le 22 novembre 2019

Inspiré de différentes expériences internationales, le programme « Un chez soi d’abord » est développé en France depuis 2011 en direction de publics en situation de précarité par rapport au logement, souffrant de troubles psychiques sévères, usagers ou non de substances psychoactives. Il propose au bénéficiaire un logement en tant que locataire, accompagné d’un suivi régulier par une équipe pluridisciplinaire.

Afin de documenter plus spécifiquement les problématiques liées aux addictions dans le programme, l’OFDT, en partenariat avec l’équipe du Professeur Auquier (EA3279 – Santé publique et maladies chroniques Université Aix-Marseille) et le CREAI-Midi-Pyrénées (Centre régional d’études, d’actions et d’informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité), a conduit en 2018 la recherche sur les Addictions dans le programme « Un chez soi d’abord » (APROCHES).

En savoir plus
Rapport national sur les drogues 2019

Rapport national sur les drogues 2019

Paris, le 22 novembre 2019

Chaque année, à l'instar de l'ensemble des points focaux constituant le Reitox (Réseau européen d'information sur les drogues et les toxicomanies) en Europe, l'OFDT adresse à l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) un rapport national sur l'état du phénomène de la drogue dans le pays. C'est à partir de l'ensemble de ces rapports nationaux que l'agence de l'Union européenne rédige l'année suivante son Rapport européen annuel sur les drogues.
Le rapport national est présenté sous la forme de 10 chapitres ou workbooks.

Après avoir décrit le cadre légal et la politique de lutte contre les drogues illicites, ce rapport 2019 réunit les dernières données de prévalence d'usage en populations adulte et jeune ainsi que celles relatives à la prévention et aux conséquences sanitaires de ces consommations, ainsi qu'aux demandes de traitement et à la réduction des risques et des dommages. Il détaille aussi les évolutions des marchés des différentes drogues et aborde la réponse pénale, notamment grâce à un chapitre dédié à la prison. Enfin, il dresse un panorama (en anglais uniquement) des bonnes pratiques et de la recherche en matière de conduites addictives en France.

En savoir plus
Addictions en Provence-Alpes-Cote d'Azur - Consommations de substances psychoactives et offre médicosociale

Addictions en Provence-Alpes-Cote d'Azur - Consommations de substances psychoactives et offre médicosociale

Paris, le 8 novembre 2019

Ce portrait de territoire, conçu par l’OFDT, propose un état des lieux complet des consommations de substances psychoactives et de l’offre médico-sociale dans le champ des addictions observées dans la région PACA en 2017.

Il s’appuie sur l’ensemble des sources disponibles les plus récentes : enquêtes en population générale, statistiques administratives, enquêtes auprès des professionnels des dispositifs d’accueil et de soins aux personnes souffrant d’addictions (CSAPA, CAARUD, consultations jeunes consommateurs) et dispositif TREND.

En savoir plus
Niveaux d’usages des écrans à la fin de l’adolescence en 2017

Niveaux d’usages des écrans à la fin de l’adolescence en 2017

Paris, le 30 octobre 2019

Lors du 9e exercice de l'enquête ESCAPAD, en mars 2017, l'OFDT a interrogé 13 330 jeunes de 17 ans à propos de leurs équipements électroniques et de la pratique qu’ils en font. Ces adolescents ont également répondu à des questions sur leur socialisation en ligne. Les résultats sont aujourd'hui présentés dans une note signée par Antoine Philippon et Stanislas Spilka.

La quasi-totalité des jeunes (99,4 %) possèdent un téléphone portable et pour 97,8 % il s’agit d’un smartphone. Presque tous ces adolescents disposent aussi d’un ordinateur (97,6 %) et d’un téléviseur (97,4 %) à leur domicile. Les consoles de jeux sont présentes dans 85,1 % des foyers des jeunes et les tablettes dans 76,6 %.

Les usages de consoles de jeux supérieurs à deux heures quotidiennes sont bien supérieurs chez les garçons (24,7 % vs 4,1 %).

Par ailleurs, la présence de ces appareils dans la chambre des adolescents influe sur les temps d’usages. Ainsi, 49,7 % des jeunes ayant un ordinateur dans leur chambre déclarent l’utiliser plus de deux heures au quotidien contre 20,8 % de ceux qui n’ont pas ce même accès.

Si on additionne les temps moyens devant ces quatre types d’écrans au cours de la semaine écoulée, 57 % des jeunes y ont passé au moins quatre heures quotidiennes et 39 % plus de six heures. La part de ceux qui n’ont pas du tout fréquenté ces écrans est de 3 %.

L'enquête révèle aussi que plus de six jeunes sur dix n'éteignent pas leur téléphone lorsqu’ils dorment (61,5 %) et que près de sept sur dix le gardent allumé en cours (68,1 %) .

Questionnés sur leurs usages des réseaux sociaux, la moitié des jeunes de 17 ans (48,6 %) estiment y passer trop de temps. Les filles sont nettement plus concernées par ce ressenti (58,7 %) que les garçons (38,4 %).

En savoir plus
Tableaux de bord tabac

Tableaux de bord tabac (juillet/août/septembre)

Paris, le 30 octobre 2019

Durant le 3e trimestre 2019, les ventes de cigarettes ont connu, à nombre de jours de livraison constant, un recul de 4,5 % et celles de tabac à rouler de 6,4 % par rapport au 3e trimestre 2018. Cette baisse est du même ordre que les baisses constatées au 1er et 2e trimestres, bien qu’un peu en retrait pour les cigarettes (-4,5 % contre -6,7 % au 1er et 2e trimestres). La diminution des ventes totales de tabac en volume sur les trois premiers trimestres apparaît un peu moins forte en 2019 (-6,2 %) qu’en 2018 (-9,0 %).

Les ventes de traitements d’aide à l’arrêt du tabac sont toujours orientées à la hausse au 3e trimestre 2019 (+12 % par rapport aux ventes du 3e trimestre 2018) mais moins fortement qu’au 1er et 2e trimestre (respectivement +33 % et +24 %). Les appels traités par les tabacologues de Tabac info service ont baissé de 4 % au 3e trimestre 2019 (toujours par rapport au 3e trimestre 2018). Depuis l’instauration du mois sans tabac en novembre, le nombre de ces appels augmente de plus en plus fortement au cours du dernier trimestre (relativement au dernier trimestre de l’année précédente) : +7 % en 2016, +19 % en 2017 et +40 % en 2018. L’année 2019 ne devrait pas déroger à la règle.

En savoir plus
Attitudes, Représentations, Aspirations et Motivations lors de l’Initiation aux Substances psychoactives - Enquête ARAMIS

Attitudes, Représentations, Aspirations et Motivations lors de l’Initiation aux Substances psychoactives - Enquête ARAMIS

Saint-Denis, le 29 octobre 2019

Pourquoi les adolescents ont-ils recours aux produits psychoactifs ? Quels sont leurs modes d’entrée dans ces consommations et avec quelles attentes, quelles pratiques et quelles représentations ? Comment certains en viennent-ils à s’installer dans une consommation régulière alors que d’autres parviennent à limiter et contrôler leur usage ? Pour explorer ces questions, l’OFDT a lancé en 2014 une vaste enquête qualitative baptisée ARAMIS (Attitudes, Représentations, Aspirations et Motivations lors de l’Initiation aux Substances psychoactives). Pendant trois ans, près de 200 jeunes âgés de 13 à 18 ans, issus de milieux sociaux et de territoires diversifiés, ont été interrogés en face-à-face en France métropolitaine.

Après une première synthèse des résultats, ce rapport approfondit quelques points marquants de l’étude suivant trois axes d’analyse : les contextes d’initiation ; les représentations des produits ; les motivations d’usage et les dynamiques des trajectoires de consommateurs.

Pour poursuivre et renforcer l’analyse des trajectoires d’installation dans des pratiques de consommation, une nouvelle édition d’ARAMIS sera conduite à partir de 2020. Elle permettra d’observer l’évolution des représentations dans les générations suivantes d’adolescents (nés à partir des années 2000) et d’élargir l’observation aux jeunes adultes (18-23 ans).

En savoir plus
Aller vers les joueurs en difficulté en points de vente de jeux d’argent et de hasard (JAH).

Aller vers les joueurs en difficulté en points de vente de jeux d’argent et de hasard (JAH).

Paris, le 27 septembre 2019

En 2017, une expérience pilote a été lancée sur 10 mois pour poser les bases d’une démarche « d’aller vers »  en faveur des joueurs problématiques de jeux d’argent et de hasard dans 14 points de vente de la Française des jeux (FDJ). Cette approche a reposé sur l’intervention directe de professionnels de l’addictologie (intervenants « Addictions sans substance ») en points de vente afin de créer une passerelle entre le monde des bars et le secteur de l’addictologie, de sensibiliser détaillants et joueurs sur le soutien disponible en CSAPA face au jeu problématique.

Une évaluation de l’OFDT interroge l’acceptabilité de cette initiative auprès des clients et des détaillants des points de vente impliqués. Elle dresse les enseignements tirés à l’issue de l’expérimentation quant aux principes d’intervention et formule un ensemble de recommandations dans la perspective de son renouvellement et de sa transférabilité.

En savoir plus
Substances psychoactives chez les jeunes

Substances psychoactives chez les jeunes

Paris, le 25 septembre 2019

Une nouvelle synthèse des connaissances intitulée Consommation de substances psychoactives chez les jeunes en France et dans certains pays à revenus élevés vient d'être publiée par Santé publique France en association avec l'OFDT.

L'état des lieux hexagonal repose sur les données du Baromètre santé ainsi sur celles des études EnCLASS, ESCAPAD et ARAMIS menées par l'Observatoire. Il revient sur les tendances à la baisse de plusieurs usages observées ces dernières années mais aussi sur les évolutions des représentations des produits. En conclusion, il est souligné que la combinaison de mesures réglementaires et de campagnes de prévention sont susceptibles de soutenir et d'encourager la diminution des consommations de substances psychoactives.

Cette parution intervient alors que Santé publique France dévoile une nouvelle campagne pour réduire les risques de consommation d'alcool et de cannabis.

En savoir plus
Les mutations du marché du cannabis en France

Les mutations du marché du cannabis en France

Paris, le 30 juillet 2019

Ce numéro de Théma est consacré aux mutations que connaît le marché du cannabis en France, avec notamment l’augmentation des usages d'herbe. Les auteurs, Michel Gandilhon, Stanislas Spilka et Caroline Masson, décrivent les grandes évolutions et les nouvelles pratiques à partir d'un ensemble de données quantitatives et qualitatives. Cette demande d'herbe croissante est alimentée essentiellement via une culture de masse en provenance des Pays-Bas et de plus en plus d’Espagne.  La production hexagonale est dominée par de petites cultures réalisées par des « amateurs » qui   ne   couvrent   pas   l’ensemble   de   la   demande   intérieure. Cependant, les réseaux traditionnels de revente, plutôt spécialisés dans le commerce de la résine, tendent de s’adapter à ces nouvelles réalités en commercialisant des variétés de plus en plus diversifiées d'herbe, voire de produits dérivés, et en développant leurs propres structures de production. En regard, depuis quelques années, la production marocaine de résine connaît elle aussi des bouleversements, notamment en termes de variétés cultivées, sur fond de modernisation des techniques agricoles, qui  permettent la fabrication de produits plus diversifiés et plus riches en principe actif.

En savoir plus
Tableaux de bord tabac du 2<sup>e</sup> trimestre 2019

Tableaux de bord tabac du 2e trimestre 2019

Paris, le 25 juillet 2019

Durant le 2e trimestre 2019, les ventes de cigarettes ont connu, à nombre de jours de livraison constant, un recul de 6,7 % et celles de tabac à rouler de 5,6 % par rapport au 2è trimestre 2018. Ces évolutions prolongent celles du 1er trimestre (respectivement -6,7 % et -6,3 %). Les augmentations de prix intervenues en mars 2019 (de l’ordre de + 10 % pour les cigarettes et + 8 % pour le tabac à rouler) ont permis de confirmer la nette baisse des ventes du 1er trimestre (respectivement -6,7 % et -6,3 %) mais ne l’ont pas accentuée.

Portées par le dynamisme des ventes de timbres transdermiques (+ 50,6 %), les ventes de traitements d’aide à l’arrêt du tabac continuent de fortement progresser au 2e trimestre 2019 comparé à la même période en 2018 (+ 24,3 %) et en cumul depuis le début de l’année (+ 29,6 %). Les appels traités par les tabacologues de Tabac info service augmentent de 4 % au 2e trimestre 2019 (toujours par rapport au 2e trimestre 2018). Enfin, la prise en charge des traitements pour l’arrêt par l’Assurance maladie augmente fortement avec près de 161 000 bénéficiaires de remboursements à 65 % en avril 2019 (dernière donnée disponible).

En savoir plus
Décès directement liés aux drogues

Décès directement liés aux drogues

Paris, le 15 juillet 2019

Combien de personnes décèdent chaque année en France après une consommation de substances psychoactives (drogues illicites ou médicaments opioïdes) ? Quelles substances sont le plus souvent en cause  et quelles évolutions peut-on observer ? L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies consacre un numéro de sa publication Tendances à ces questions, dans un contexte où il semble que les risques ne pèsent plus uniquement sur les seuls usagers de drogues mais aussi sur des personnes qui consomment ces produits avec un objectif initial de lutte contre la douleur. Rédigée par Anne-Claire Brisacier, Christophe Palle et Michel Mallaret responsable du Centre Régional de Pharmacovigilance et du Centre d’Évaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance-Addictovigilance de Grenoble,  l’analyse se penche sur les décès directement liés aux drogues (DDLD). Il s'agit des décès par intoxication survenant peu de temps après une consommation de substance(s) psychoactive(s). On parle de décès par surdose lorsque la quantité prise est supérieure à la dose limite tolérée par l’organisme. Par ailleurs, des consommations de produits tels que la cocaïne et le cannabis peuvent entraîner des complications cardiovasculaires peu après un usage et conduire au décès.

En savoir plus