Repérage précoce et auto-évaluation des usages à risques

 

Plusieurs outils de repérage des usages de substances psycho-actives existent. Le recours à ces outils de repérage ne saurait se substituer à un jugement clinique. Ils sont un outil complémentaire de l’entretien clinique, guidant le questionnement médical. La vocation de ces questionnaires est de fournir une indication préliminaire quant à un éventuel usage problématique de cannabis et/ou une problématique de santé mentale en lien avec l’usage de ce produit.

Le recours à ces outils prend sens dans une démarche intégrant une intervention auprès de la personne témoignant d’un usage problématique afin de favoriser la prise de conscience sur ses consommations et les risques associés et motiver chez elle la volonté de s’adresser à des services d’aide en mesure de la conseiller et de l’accompagner dans la réduction de sa(ses) consommation(s). Ainsi, dans la littérature professionnelle ou scientifique, le repérage précoce est associé aux notions d’intervention brève ou d’entretien motivationnel (voir aussi http://www.entretienmotivationnel.org ou http://www.federationaddiction.fr/formation/lentretien-motivationnel-niveau-1).

La liste des outils de repérage qui s’ensuit ne se veut pas exhaustive. Elle illustre des outils parmi les plus reconnus, scientifiquement ou largement usités, chacun étant présenté selon le produit principalement couvert ( ico_cig_s.jpg ...) et les principaux utilisateurs ciblés [utilisateurs], qu’ils s’agisse des professionnels de santé lors de consultation ou du grand public, adolescents ou adultes, pour une auto-évaluation des consommations.

Cannabis - Autres produits - Tous produits

Pour de plus amples information sur le repérage précoce, les outils et leur mise en œuvre le lecteur est invité à consulter aussi le site adressé aux acteurs de santé : http://intervenir-addictions.fr

Cannabis

PictoCannabis.png [adolescents, professionnels]

Élaboré par l’OFDT, le CAST est à ce jour le seul test de repérage relatif au cannabis qui ait été validé en population adolescente en France, à travers le dispositif d’enquêtes nationales.

« En 2011, au vu des résultats du CAST en population générale, 18 % des jeunes de 17 ans ayant consommé du cannabis au cours de l’année présentent un risque élevé d’usage problématique, voire de dépendance (23 % pour les garçons et 13 % pour les filles), ce qui correspond à 5 % de l’ensemble des adolescents de cet âge (7 % pour les garçons et 3 % pour les filles). » (Drogues et addictions, données essentielles)

test-CAST.jpgLe CAST est un auto-questionnaire court de repérage des usages de cannabis. Il compte parmi les outils de repérage recommandés par la Haute autorité de santé (HAS). Le test comporte 6 questions sur la base desquelles l’adolescent ou autre utilisateur peut calculer un score. Un score de 7 ou plus indique d’usage de cannabis très probablement problématique.
• Pour télécharger le CAST (dernière version), cliquez sur l’image ci-contre.
• Pour plus d’informations sur la constitution et la validation de cette échelle du test, vous pouvez consulter : Détection des usages problématiques de cannabis : le Cannabis Abuse Screening Test (CAST). septembre 2013, 9 pages.
• A savoir : l’utilisation du CAST en milieu scolaire, lors de visites en infirmerie scolaire, est expérimentée localement (académie de Toulouse) et fait l’objet d’une évaluation en 2015-2016.

 [professionnels]

Le Guide pratique des principaux outils de repérage de l'usage problématique de cannabis chez les adolescents offre une aide pratique aux professionnels de santé de première ligne confrontés aux adolescents pour repérer un éventuel usage problématique de cannabis. Il décrit les principaux outils brefs ou simples d’utilisation qui permettent un repérage rapide et non stigmatisant de ce type d’usage. Il n’aborde donc pas les questionnaires servant à l’évaluation de la situation du patient, ni les outils de diagnostic à strictement parler. Le guide dresse l’un inventaire des instruments de détection de risques potentiellement associés à l’usage de cannabis chez les adolescents.

miniGuidUsProbCannab.jpgLe guide présente, dans deux sections distinctes, les outils spécifiques au cannabis et ceux qui concernent les drogues illicites en général, ou l’alcool et les drogues, qui sont aussi applicables au cannabis. Pour chaque outil, une fiche signalétique rappelant les conditions d’administration et les caractéristiques du questionnaire est présentée sur la page de gauche (sur fond parme) et l’intégralité du questionnaire figure en vis-à-vis sur la page de droite (en version française lorsque celle-ci est disponible ; sinon, par défaut, en anglais). Une bibliographie indicative est proposée pour chaque instrument : elle distingue en gras les références définissant les conditions initiales d’utilisation des outils, telles qu’elles ont été décrites par les auteurs du questionnaire.

Autres produits

PictoAlcool.png [professionnels]

Le questionnaire FACE (Formule pour approcher la consommation d’alcool par entretien) permet d’appréhender les consommations problématiques d’alcool en consultation classique de médecine générale. Pour y accéder : voir l’outil HAS (section tous produits) ou cliquez ici (document ANPAA).
Le questionnaire interroge sur le nombre de verre bus en faisant référence au nombre de verre standard : un verre standard équivaut à environ 10g d’alcool pur ce qui revient à :
- 10 cl de vin à 12°,
- 25 cl de boissons à 5° (bières, cidres, sodas alcoolisés tels que prémix ou alcopops),
- 7 cl de vin cuit à 18°,
- 3 cl d’alcool à 40° (whisky, pastis ou digestif).
Ces doses correspondent aux verres « classiquement » servis par les débits de boisson et établissements de restauration licenciés.
L’interprétation du score peut différer selon le sexe, jusqu’à un certain niveau de consommation.
[grand public]
Le questionnaire DETA permet une auto-évaluation des usages problématiques d’alcool. Comme pour le questionnaire FACE, les seuils de score « critique » n’est pas le même pour les hommes et les femmes. Pour accéder au DETA, cliquez ici (document ANPAA).

PictoTabac.png [grand public, professionnels]

Le test de Fagerstrom est un outil d’(auto-)évaluation de la dépendance tabagique. La version simplifiée en deux questions consiste aux questions suivantes :

1. Combien de cigarettes fumez-vous par jour ?
10 ou moins 0
11 à 20 1
21 à 30 2
31 ou plus 3

2. Dans quel délai après le réveil fumez-vous votre première cigarette ?
Moins de 5 minutes 3
6 à 30 minutes 2
31 à 60 minutes 1
Après plus d’1 heure 0

Interprétation selon les auteurs :
- 0-1 : pas de dépendance ;
- 2-3 : dépendance modérée ;
- 4-5-6 : dépendance forte. X

PictoJeux.png Échelle épidémiologique de mesure des usages problématiques de jeux vidéos chez les adolescents

La Game Addiction Scale (GAS), dite échelle de Lemmens est une des rares échelles de mesure de l’addiction aux jeux vidéo, [7], qui aient été validés pour les adolescents. Il s’agit davantage d’un instrument de mesure épidémiologique que d’un outil L’échelle comporte 7 questions appelant à une réponse de jamais, presque jamais, parfois, souvent, très souvent :
- avez-vous pensé toute la journée à jouer à un jeu vidéo ? (Prégnance)
- avez-vous passé un temps de plus en plus important sur les jeux vidéo ? (Tolérance)
- avez-vous joué à un jeu vidéo pour oublier la vraie vie / la vie réelle ? (Modification de l'humeur
- est-ce que d'autres personnes ont tenté sans succès de réduire votre temps de jeu ? (Rechute)
- vous êtes-vous senti(e) mal lorsque vous étiez incapable de jouer ? (Évitement)
- vous êtes-vous disputé(e) avec d'autres (famille, amis) à propos de votre temps passé à jouer aux jeux vidéo ?
- avez-vous négligé d'autres activités importantes (école, travail, sport) pour jouer aux jeux vidéo ?
On présume d’un niveau d’usage problématique de jeux vidéos voire d’une addiction chez les adolescents joueurs (jouant à des jeux vidéos) qui répondent « parfois », « souvent » ou « très souvent à au moins quatre de ces questions.

Références :

Lemmens J.S., Valkenburg P.M., Peter J. Development and validation of a game addiction scale for adolescents. Media Psychology, Vol. 12, n° 1, 2009, pp. 77-95.
Griffiths M., A ‘components’ model of addiction within a biopsychosocial framework, Journal of Substance Use, Vol. 10, n° 4, 2005, pp. 191-197.
Obradovic I., Spilka S., Phan O., Bonnaire C. Écrans et jeux vidéo à l’adolescence. Tendances n° 97, OFDT, 6 p.

Tous produits

PictoAlcool.png  PictoTabac.png [adolescents, professionnels]

Le questionnaire ADOSPA est une adaptation française d’un questionnaire validé aux États-Unis destiné à repérer les usages nocif de substances psychoactives chez les adolescents et jeunes adultes. L’intitulé ADOSPA correspond à ≪ ADOlescents et Substances Psycho-Actives ≫mais aussi « Auto/moto (conduite d’un véhicule sous influence ou par quelqu’un sous influence d’alcool ou d’autres drogues), Détente (usage auto-thérapeutique), Oubli (troubles mnésiques sous produits), Seul (consommation solitaire), Problèmes, Amis/famille (reproches faits par les amis ou la famille). Il peut être consulté dans le Guide pratique des principaux outils de repérage de l'usage problématique de cannabis chez les adolescents.

Références :

Karila L, Legleye S, et al. (2007). Validation d'un questionnaire de repérage de l'usage nocif d'alcool et de cannabis dans la population générale : le CRAFFT ADOSPA. La Presse Médicale, 36(4): 582-590.

PictoAlcool.png PictoCannabis.png PictoTabac.png [adultes, professionnels]

La haute autorité de santé (HAS) diffuse un Outil d’aide au repérage des consommations d’alcool, de cannabis ou de tabac, et d’intervention brèves chez les adultes ayant des usages à risques. Celui reprend certains des outils présentés ci-dessus.

Ces outils sont aussi accessibles via les sites d’aide et de conseil aux usagers tels que Tabac info service (http://www.tabac-info-service.fr , Alcool info service (http://www.alcool-info-service.fr) et Drogues info service (http://www.drogues-info-service.fr), outre celui de l’HAS.