Organisation et fonctionnement TREND

 

Le dispositif


Le dispositif TREND est principalement structuré autour d'un réseau de sept coordinations locales dotées d'une stratégie commune de collecte et d'analyse de l'information. Elles sont implantées en 2007 et 2008 à Bordeaux, Lille, Marseille, Metz, Paris, Rennes et Toulouse. Ces coordinations mettent en œuvre les outils d'observation continue et participent aux enquêtes et investigations spécifiques coordonnées par l'OFDT.

Une participation aux enquêtes est également proposée à deux anciens sites TREND : Dijon et Lyon. Le dispositif s'appuie sur :

  • des outils de recueil continu d'informations qualitatives mis en œuvre par le réseau de coordinations locales ;
  • le dispositif SINTES (Système d'identification national des toxiques et des substances), système d'observation orienté vers l'étude de la composition toxicologique des produits illicites. L'ensemble des sites TREND fait partie du réseau SINTES auquel il faut ajouter Dijon et Lyon en 2007 et 2008 ;
  • des enquêtes quantitatives récurrentes, notamment PRELUD (Première ligne usagers de drogues), réalisées auprès des usagers des structures de première ligne devenues CAARUD en 2006. Cette enquête, menée en 2006, fait suite à l'enquête « première ligne » menée entre 2000 et 2003 en métropole et dans certains DOM.

Les données de PRELUD, enquête menée uniquement en métropole, sont donc comparées aux seules données métropolitaines de l'enquête « Première ligne ».

Elles n'ont pas fait l'objet d'une publication spécifique mais sont présentes dans le rapport TREND précédent. Par ailleurs, depuis 2006, une nouvelle enquête biannuelle, pour laquelle tous les usagers des CAARUD ont été interrogés une semaine donnée est menée par l'OFDT à la demande de la Direction générale de la santé, ENa-CAARUD.

  • des investigations thématiques qualitatives pour approfondir un sujet (par exemple les usagers errants et les nomades, l'injection en milieu festif, etc.) ;
  • et l'utilisation des résultats de systèmes d'information partenaires à savoir :

- l'enquête OPPIDUM (Observation des produits psychotropes ou détournés de leur utilisation médicamenteuse) des CEIP (Centres d'évaluation et d'information sur la pharmacodépendance), réseau dépendant de l'AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) : description annuelle des usagers essentiellement de CSST (Centres spécialisés de soins pour les toxicomanes) principalement et de leurs usages de substances psychoactives ;

- Le dispositif d'information RECAP (Recueil commun sur les addictions et les prises en charge) de l'OFDT, recueil annuel visant à l'exhaustivité, d'informations concernant les usages et les prises en charge de chaque usager reçu dans un CSST ou un CCAA (Centre de cure ambulatoire en alcoologie) ou par une équipe de liaison hospitalière.

- le système d'information DRAMES (Décès en relation avec l'abus de médicaments et de substances) des CEIP, outil de recueil des décès liés à l'abus de substances ou de médicaments psychotropes signalés par les différents laboratoires partenaires réalisant des analyses toxicologiques dans le cadre médico-légal. DRAMES permet l'identification des substances impliquées dans les décès des personnes pharmacodépendantes ou ayant fait un usage abusif de substances psychoactives, médicamenteuses ou non, à l'exclusion de l'alcool ou du tabac.

- les enquêtes sur les usages de drogues en population générale : le Baromètre Santé (INPES/ OFDT) et l'enquête ESCAPAD (OFDT) ;

- les données de l'OCRTIS (Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants) qui portent sur les statistiques d'activité des services du respect de la loi et sur les décès par surdose.

L'ensemble des données locales est analysé et synthétisé par les coordinations locales, travail à l'origine des rapports de site. Chacun d'entre eux rend compte de l'état des usages de substances dans le cadre de l'agglomération concernée.

Chaque site fournit :

  • une synthèse des observations de l'année ;
  • une base de données qualitatives (notes ethnographiques, compte rendus des groupes focaux, etc.) indexées selon une stratégie commune à tous les sites ;

Les informations fournies par chaque site et les données nationales transmises par les systèmes d'information partenaires font l'objet d'une mise en perspective au niveau national à l'origine du rapport TREND